Le soir du 15 janvier, le projet de loi qui prévoit de nouvelles mesures antipopulaires a été adopté en plénière au Parlement après un vote par appel nominal demandé par le KKE. Parmi ces mesures, il convient de mentionner l'attaque contre le droit de grève, l'extension des ventes aux enchères électroniques pour des dettes envers l'administration fiscale et les fonds de sécurité sociale, les réductions des prestations pour enfants et des prestations d'invalidité, etc. L'autre aspect du projet de loi concerne les privilèges et les nouvelles exonérations fiscales pour les groupes d'entreprises.

Le Secrétaire Général du Comité Central du KKE et les autres députés du parti ont révélé les véritables buts et objectifs anti-ouvriers que la nouvelle loi et la ligne politique du gouvernement dans son ensemble servent, et ont démontré l'accord substantiel de la Nouvelle Démocratie (N.D.L.R: Parti de droite conservateur)  avec un certain nombre de mesures antipopulaires. Les députés du KKE ont souligné qu'avec cette ligne politique le gouvernement SYRIZA-ANEL « sème le vent et récoltera la tempête ».

Dimitris Koutsoumpas, le Secrétaire Général du Comité Central du KKE, en prenant la parole, s'est adressé au Premier ministre A. Tsipras avec les mots suivants: « Vous vous leurrez si vous pensez que la classe ouvrière, le peuple vont accepter cette situation comme un fait accompli. Nous vous disons que nous n'abandonnerons pas sans combattre les droits acquis par la classe ouvrière de son sang: vous nous trouverez constamment sur votre chemin, quelle que soit la quantité de boue que vous jetez, quelle que soient les calomnies que vous utiliserez, indépendamment de l'autoritarisme que vous possédez, quel que soit le nombre de laquais que vous payez; et nous vous rappelons que rira bien qui rira le dernier ».

En effet, ces derniers jours, des dizaines de milliers de travailleurs ont participé à la grève du 12 janvier dans tout le pays, ainsi qu’aux autres mobilisations organisées par les syndicats de classe la semaine précédente et le soir du 15 janvier pour dénoncer la ligne politique antipopulaire du gouvernement. Le Front militant de tous les Travailleurs (PAME) appelle les travailleurs à continuer sur la voie du combat, de la lutte collective, à utiliser toutes leurs forces pour améliorer le fonctionnement des syndicats, à changer de manière décisive la corrélation des forces au sein du mouvement ouvrier et syndical, pour mettre fin aux mesures et aux lois antipopulaires dans leur ensemble.

Retour à l'accueil