Traduction NK pour Solidarité Internationale PCF :

De nouvelles manifestations au Soudan se heurtent à la répression et les dirigeants de l'opposition dont ceux du Parti Communiste Soudanais, continuent d'être arrêtés. 

À la suite des soulèvements contre la politique économique du régime soudanais le 16 janvier à Khartoum et le 17 janvier à Omdurman, l'appel lancé le 31 janvier à Khartoum-Nord a rencontré un soutien massif du peuple soudanais.

La manifestation organisée par l'opposition, avec en tête le Parti Communiste Soudanais (PCS), a été sévèrement réprimée par les forces de sécurité du régime. Dans plusieurs villes du Soudan, les manifestations ont été dispersées par la police et les dirigeants de l'opposition ont été arrêtés par le Service national du renseignement et de la sécurité (NISS).

Au cours de la dernière manifestation, le secrétaire général du PCS, Mohamed Abdallah El Doma, figurait parmi les personnes arrêtées. Selon les médias soudanais, plus de 450 activistes politiques et journalistes sont actuellement détenus par le NISS dans le pays.

Le Front Démocratique des Avocats (l'alliance des avocats communistes et démocrates) a appelé à la libération immédiate de tous les militants politiques. Il a également été rapporté que l'appareil de sécurité a également confisqué le journal Al-Midan du Parti Communiste Soudanais. 

Sur son site Internet, le Parti Communiste Soudanais a déclaré que les protestations contre les politiques du système économique constituent une étape importante et avancée dans le processus de renversement révolutionnaire du régime fasciste.

SOUTIEN AU PARTI COMMUNISTE SOUDANAIS - SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE SOUDANAIS EN LUTTE

 

 

Retour à l'accueil