Traduction NK pour Solidarité Internationale PCF

Pour protester contre les politiques désastreuses du régime théocratique iranien, en particulier contre les conditions horribles créées par la crise économique généralisée qui sévit dans le pays, et pour défendre leurs droits légitimes et inaliénables, les enseignants et les travailleurs de l'éducation iraniens sont appelés à faire grève et à se joindre à des sit-ins dans les écoles et les centres éducatifs dans tout le pays.

La dévaluation de la monnaie nationale (Rial), l'écart important entre les salaires et les dépenses des familles, la montée en flèche de la pauvreté dans la société, le système éducatif fondé sur la classe sociale, la corruption institutionnalisée et l'injustice ont tous eu un impact négatif direct et dévastateur sur les moyens de subsistance, le pouvoir d'achat et la sécurité de l'emploi des enseignants et des travailleurs de l'éducation, comme des autres couches sociales.

Les enseignants conscients et dévoués d'Iran ont reconnu à juste titre que la meilleure façon de contrer cette situation était d'intensifier leur lutte, ils ont donc annoncé une grève accompagnée de sit-ins de deux jours dans les écoles, les 14 et 15 octobre, afin d'exprimer leur protestation et de faire avancer leur lutte.

Le Conseil de coordination des associations des travailleurs de l'éducation d'Iran a déclaré dans son appel du 10 octobre que : "Maintenant que les prix élevés et l'inflation incontrôlable ont monté en flèche et que le pouvoir d'achat des enseignants, tout comme celui de l'écrasante majorité des travailleurs, a diminué, que le coût de l'éducation a grimpé en flèche et que le parlement et le gouvernement n'ont rien pu faire devant la table presque vide des travailleurs de l'éducation et des retraités, pour améliorer l'état du système éducatif, il est temps de démontrer notre objection face au chaos dans lequel se trouve celui-ci...Le Fonds d'épargne des travailleurs de l'éducation a été pillé et, selon le comité d'enquête du Fonds, environ 18 millions de rials[~1 500 $] ont été volés sur les contributions de chacun des membres du Fonds. Il existe une disparité entre le taux d'inflation et les salaires des travailleurs de l'éducation, et la majorité des enseignants vivent sous le seuil de pauvreté. La qualité des écoles publiques s'est dégradée, et elles sont maintenant gérées grâce à des subventions et des dons du peuple... Les agences de sécurité et le pouvoir judiciaire menacent, exilent, suspendent, expulsent et emprisonnent les enseignants qui recherchent la justice et portent des revendications plutôt que les voleurs et les personnes corrompues."

L'appel des professeurs ajoute : "En raison de ces problèmes et de milliers d'autres, le Conseil de coordination des associations des travailleurs de l'éducation d'Iran appelle tous les travailleurs de l'éducation de la nation, à tous les niveaux et dans toutes les écoles, à participer à des sit-ins dans les locaux scolaires le dimanche 14 et le lundi 15 octobre, en refusant de dispenser leurs cours et en expliquant les raisons de ce sit-in à leurs élèves... Les enseignants veulent une vie décente pour tous et une éducation de qualité, gratuite et équitable pour nos enfants".

Selon les derniers rapports publiés, dans une tentative de déjouer la grève des enseignants, les agences de sécurité du régime iranien ont menacé un certain nombre d'enseignants et de militants de l'éducation et ont déjà arrêté un individu dans la ville de Mechhed.

Le Parti des masses d'Iran (Tudeh) soutient pleinement la lutte légitime et courageuse des travailleurs de l'éducation de la nation et l'appel à la grève et aux sit-ins du Conseil de coordination des travailleurs de l'éducation d'Iran et luttera aux côtés des enseignants honorables et progressistes afin de faire valoir leurs revendications. La lutte des travailleurs de l'éducation fait partie de la lutte générale du peuple iranien et en particulier des travailleurs de la nation contre l'oppression, la répression, la corruption et contre le régime autoritaire du pays. Il s'agit d'une lutte cruciale et vitale contre la dictature théocratique pour la réalisation des droits fondamentaux, des libertés démocratiques et de la justice sociale, ainsi que pour assurer les moyens de subsistance de la population dans les conditions difficiles actuelles. Nous devons soutenir la grève et les sit-ins des travailleurs de l'éducation et nous devons inlassablement tout mettre en œuvre pour lier et faire converger les différentes luttes populaires entre elles.

  • Pour un soutien conjoint et unitaire aux travailleurs de l'éducation
  • Vers une action conjointe et de grande envergure pour la lutte organisée contre la dictature théocratique
  • Pour que les moyens de subsistance des enseignants soient assurés
  • Pour la libération les enseignants emprisonnés
  • Pour des emplois, du pain et la liberté pour tous


Le Parti des masses d'Iran (Tudeh)

13 octobre 2018

 

Retour à l'accueil