DECLARATIONS DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA

Pour bien replacer les débats sur la nouvelle tentative de déstabilisation du Venezuela, nous publions deux déclarations signées du Parti communiste du Venezuela: le premier appel du PCV à la mobilisation le 25 janvier 2019, un appel commun avec 3 autres organisations du 20 février. Il faut connaître l'analyse, l'état d'esprit lucide et combatif de nos camarades. Traductions par MlJ pour "Solidarité internationale PCF - vivelepcf", 17 mars 2019.

 

Déclaration du bureau politique du Parti communiste du Venezuela, face à l’agression impérialiste contre le peuple vénézuélien, 25 janvier 2019.

Lors d'une conférence de presse extraordinaire, tenue  vendredi 25 janvier 2019, le secrétaire général du Comité central du PCV, Oscar Figuera, s’est exprimé sur le coup d'État en cours, initié par l'impérialisme américain, les gouvernements latino-américains qui lui sont inféodés et la droite vénézuélienne à sa solde. Les Vénézuéliens au service de l’étranger, qui refusent de reconnaître Nicolás Maduro Moros comme président constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela, tentent de mettre en place un gouvernement fantoche, d’exciter la violence politique, pour ouvrir la voie à une guerre civile et créer un prétexte pour une intervention étrangère directe.

Devant cette réalité, le PCV a décidé:
- d’activer toutes les forces du PCV, de la JCV [Jeunesse communiste] et des fronts politiques de masse pour développer l’alliance patriotique, démocratique, populaire-révolutionnaire la plus large, contre le coup d'État impérialiste.
- de continuer à appeler à la solidarité internationale des partis communistes et ouvriers et du mouvement progressiste mondial. Elle s’étend grâce à l’activité du département de politique internationale du PCV, de la JCV, du Comité de solidarité internationale (COSI) et des fronts politiques de masse. Elle s’est déjà exprimée par des dizaines d'actions et de messages de solidarité émanant d’organisations telles que le Conseil mondial de la paix, la Fédération syndicale mondiale, la Fédération démocratique internationale des femmes, la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, des partis communistes du monde entier, entre autres organisations.
- d’impulser l’alliance patriotique, démocratique et populaire-révolutionnaire la plus large, en vue de son intégration dans la direction du processus vénézuélien [= des affaires du pays], ce qui nous permettra de mettre en échec l’agression impérialiste et de résoudre les graves problèmes de notre peuple.
 - d’appeler à un gouvernement de large alliance patriotique, démocratique et populaire-révolutionnaire, à même de combattre les secteurs alliés à l'impérialisme américain, principalement les monopoles, en particulier le secteur financier spéculatif, qui pille chaque jour notre peuple.
 - de développer un plan de mobilisation, de grande ampleur, national et international, en direction des mouvements ouvriers et paysans, des comités locaux et populaires, des civils et des militaires, des croyants et des non-croyants, unis dans la défense de la patrie.
Nous exigeons du gouvernement et des exécutifs régionaux et municipaux qu’ils déploient toute leur autorité pour neutraliser les mafias de la spéculation et de la corruption qui agissent en toute impunité, qu’ils mettent en œuvre les actions nécessaires pour rétablir le pouvoir d'achat des salaires et l'accès aux biens et services de base.
Nous vous appelons à soutenir l’exigence d’une réunion immédiate du Grand pôle patriotique Simon Bolivar (GPPSB) en présence du président Nicolas Maduro Moros et, dans le même temps, à solliciter avec insistance une rencontre bilatérale avec le chef de l'État lors de laquelle seraient discutées les propositions du PCV de sortie révolutionnaire de la crise capitaliste.
Face à l'agression impérialiste, le PCV, la JCV et les fronts politiques de masse s'emploieront à promouvoir la plus large unité patriotique, démocratique, révolutionnaire-populaire pour faire échec au coup d'État en cours.
Nous exprimons notre solidarité avec les Vénézuéliens qui, dans le monde, sont victimes d’actes de xénophobie encouragés par les gouvernements de droite, en particulier en Équateur. Nous condamnons cette politique au service de l'impérialisme nord-américain qui cherche à atteindre ses objectifs de domination, en divisant nos peuples et en les opposants les uns aux autres.
Le PCV soutient la décision du gouvernement de rompre les relations diplomatiques et consulaires avec le gouvernement des Etats-Unis.
CONTRE LE COUP D’ETAT IMPERIALISTE – UNIS DANS LA DEFENSE DE LA PATRIE !

 

 

 

Venezuela : déclaration conjointe du PCV et de trois autres organisations (20 février 2019)

Déclaration contre l’agression impérialiste ; Unité dans la défense de la patrie !

Nous, partis politiques et organisations sociales signataires, membres du Front populaire anti-impérialiste et antifasciste (FPAA), condamnons l'agression contre notre nation par l'impérialisme nord-américain, avec la complicité de l'Union européenne et du Groupe de Lima. C’est un acte de provocation et d'ingérence qui porte atteinte à la souveraineté de la République bolivarienne du Venezuela et à la paix dans toute l’Amérique latine et aux Antilles. 

Les visées et les objectifs de l'agression du capital international et de ses lieutenants de droite locaux, contre la dignité nationale et la vie du peuple vénézuélien, ne sont un secret pour personne. Pendant plus d’un demi-siècle, la bourgeoisie des Etats-Unis, les grands monopoles capitalistes nationaux et leurs partis affidés, ont agi contre les ouvriers, les paysans et les populations au Venezuela et dans toute l’Amérique latine. 

L'attaque impérialiste s’est considérablement renforcée ces dernières décennies, au fil du processus politique vénézuélien. Il ne s'agit plus seulement de conspirations politiques, de tentatives d'assassinat, de plans de division du territoire national pour s’accaparer les zones pétrolières et minières. Il s’agit maintenant aussi d’un sabotage économique pour faire monter, de façon ahurissante, les prix des denrées alimentaires de base, pour paralyser les transports, pour semer l'anarchie et tous les désordres quotidiens possibles, venant de la droite pro-impérialiste. On sait que, pour faire avancer ses plans, la droite profite d’une impunité et des erreurs gouvernementales. 

Ces derniers mois, les provocations et les pressions économiques et militaires sont passées à une nouvelle phase, cherchant à isoler et assiéger la nation vénézuélienne et à porter le coup de grâce au processus bolivarien et à son avant-garde. Les impérialistes et leurs laquais, étouffés par la profonde et longue crise structurelle qui les consume, considèrent que le moment est venu de couper à leur base la combativité et les luttes du peuple vénézuélien, en ruinant les acquis sociaux, en prenant le peuple à la gorge et en se débarrassant du gouvernement bolivarien par n’importe quel moyen. Voilà pourquoi le feu vert a été donné au coup d’Etat, poussé par l'impérialisme nord-américain et les gouvernements qui lui sont inféodés en Amérique latine, ainsi que, sur le sol vénézuélien, par la droite vendue à l’étranger. 

L’ingérence extérieure et l’appui au coup d’Etat, par le gouvernement impérialiste des Etats-Unis, par l'Union européenne, avec la collaboration honteuse de certains gouvernements latino-américains, se concentre aujourd’hui sur une campagne de propagande visant à masquer l’agression politico-militaire sous une « aide » prétendument "humanitaire", qui vise en réalité à justifier l'invasion de notre pays. 

Nous condamnons les visées impérialistes de mainmise sur les ressources naturelles et de privatisation, affichées publiquement par les États-Unis, l'Union européenne, le groupe de Lima, par le patronat vénézuélien et par l'assemblée illégitime dirigée par Guaido. 

Nous, membres du FPAA, appelons à la préparation, à l'organisation de la mobilisation populaire. Nous exigeons la plus grande fermeté de la part du gouvernement contre les saboteurs, les agents extérieurs et les terroristes, la prison immédiatement pour les spéculateurs. Nous exigeons l'application des articles 113 et 114 de la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela face, en priorité, aux spéculateurs en situation de monopole et au système financier. Nous appelons à établir un contrôle direct par les ouvriers, les paysans, les populations sur les processus de production, de commercialisation et de distribution. Nous appelons à la relance des plans nationaux d'industrialisation, également à une véritable réforme agraire. Il faut en finir définitivement avec la dépendance, l'exploitation et la soumission au chantage impitoyable des grands ennemis historiques de la patrie, du peuple vénézuélien et du monde entier.    

CONTRE L'AGRESSION IMPÉRIALISTE !

UNITÉ ET MOBILISATION !


Signataires :

Parti communiste du Venezuela

Parti «  Patrie pour tous »

Parti révolutionnaire des travailleurs

Mouvement Gayones

Caracas, le 20 février 2019

Retour à l'accueil