Sur la précieuse expérience des grandes grèves et manifestations de la classe ouvrière et du peuple du Kazakhstan

AS pour Solidarité Internationale PCF / Vivelepcf. Déclaration commune de partis communistes et de mouvements ouvriers publiée le 18 janvier 2022.   

Début 2022, le Kazakhstan, l'ex-République soviétique d'Asie centrale, a été secoué par des mobilisations ouvrières et populaires de masse, dont la cause réside dans l'aggravation des problèmes économiques, sociaux et politiques auxquels sont confrontés les travailleurs en raison de la restauration du capitalisme en le pays, 30 ans après la contre-révolution et la dissolution de l'URSS, lorsque le pouvoir et les moyens de production sont passés entre les mains du capital et que les monopoles multinationaux contrôlent désormais une grande partie du secteur minier de l'économie.

Les partis communistes et ouvriers en signant cette déclaration commune expriment notre solidarité avec les justes revendications économiques et politiques des manifestants, qui réclamaient des augmentations de salaires et de retraites, la baisse du prix du carburant, l'abaissement de l'âge de la retraite, l'annulation des effets des privatisations, des mesures de soutenir les chômeurs, les libertés et les droits syndicaux et politiques. Nous saluons particulièrement les ouvriers de l'industrie du Kazakhstan occidental, qui ont été au cœur de cette mobilisation populaire de masse.

Les forces bourgeoises ont tenté de profiter des mobilisations à Alma-Ata et au sud du Kazakhstan, dans le cadre de leur lutte pour la répartition du gâteau de leur pouvoir économique et politique.

L'inacceptable intervention militaire russe par le biais de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), dirigée par la Russie, a été utilisée pour éviter le choc du pouvoir bourgeois dans des conditions d'aggravation de la concurrence impérialiste dans la région cruciale de l'Asie centrale, qui est un domaine d'une lutte de pouvoir féroce entre de puissants monopoles et des États capitalistes, comme les États-Unis.

La présence des forces de l'OTSC a facilité la répression des mobilisations populaires par l'État bourgeois. Les développements démontrent le caractère de classe des syndicats transnationaux qui, comme l'UE et l'OTAN, sont formés sur la base du capitalisme et entreprennent la tâche principale de sauvegarder le pouvoir bourgeois dans chaque pays et le syndicat dans son ensemble pour continuer l'exploitation de classe des travailleurs. L'existence et l'activité de ces syndicats, comme l'indique le cas récent du Kazakhstan, sont antipopulaires et condamnables.

En ce qui concerne les efforts des forces impérialistes qui visent à exploiter ces mobilisations ouvrières pour leurs propres intérêts et à produire des révolutions de couleur, nos partis soulignent que ces interventions peuvent être invalidées, non pas en stigmatisant toutes sortes de mobilisations populaires, mais en défendant la lutte indépendante de la classe ouvrière et en rejetant toute implication politico-idéologique-organisationnelle avec toute puissance régionale ou internationale. Le mouvement communiste international ne peut pas chercher un ami à l'intérieur du monde impérialiste ni ajourner la lutte des classes en utilisant l'équilibre international des forces comme prétexte. D'autre part, il est du devoir du mouvement communiste de préserver les mobilisations sociales des plans des gouvernements bourgeois et des antagonismes inter-bourgeois et d'être vigilant en la matière.

Les développements au Kazakhstan soulignent la nécessité d'un PC fort dans chaque pays, avec un programme révolutionnaire et des liens solides avec la classe ouvrière, capable de rallier et de mobiliser les forces ouvrières-populaires contre le capitalisme et les monopoles afin que la lutte populaire soit efficace et efficace. mettra en évidence la voie du socialisme, qui est la seule solution alternative à la barbarie capitaliste.

Les événements au Kazakhstan et dans d'autres pays, où le pouvoir bourgeois a réprimé par la force les mobilisations populaires, démontrent une fois de plus la grande importance de la solidarité internationale des travailleurs et l'opportunité du slogan "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !".

Parties signataires de la déclaration conjointe

Parti communiste d'Albanie

Parti du travail d'Autriche

Parti communiste d'Azerbaïdjan

Democratic Progressive Tribune-Bahreïn

Parti communiste du Bangladesh

Parti communiste de Belgique

Parti communiste brésilien

Parti communiste au Danemark

Parti communiste du Salvador

Parti communiste de Finlande

Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF)

Pôles du renouveau communiste en France (PRCF)

Parti communiste allemand (KPD)

Parti communiste de Grèce

Parti communiste du Kurdistan Irak

Parti des travailleurs d'Irlande

Front communiste (Italie)

Parti communiste jordanien

Mouvement socialiste du Kazakhstan

Parti socialiste de Lettonie

Parti communiste du Mexique

Nouveau parti communiste des Pays-Bas

Parti communiste de Norvège

Parti communiste du Pakistan

Parti communiste paraguayen

Parti communiste péruvien

Parti communiste philippin [PKP 1930]

Parti communiste ouvrier russe

Parti communiste de l'Union soviétique

Parti communiste des travailleurs d'Espagne

Parti communiste de Suède

Parti communiste suisse

Parti communiste de Turquie

Parti communiste d'Ukraine

Union des communistes d'Ukraine

Parti communiste du Venezuela

Retour à l'accueil