FSLN100 000 Nicaraguayens dans les rues de Managua pour fêter le 32ème anniversaire de la révolution sandiniste et apporter leur soutien à son leader historique Daniel Ortega


Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Près de 100 000 nicaraguayens ont fêté ce 19 juillet, avec Daniel Ortega, le 32ème anniversaire de la Révolution populaire de 1979 et le 50ème de la fondation du Front sandiniste de libération nationale (FSLN).



Au moins une heure avant le commencement de la cérémonie principale, la Place de la foi Jean-Paul II de la capitale était pleine à craquer et il y avait encore d'importants flux de véhicules en direction de Managua et provenant de plusieurs régions de l'intérieur du pays.



Entre temps, le rassemblement massif, composé principalement de jeunes, affichait son soutien au projet sandiniste ainsi que son enthousiasme entonnant pour l'occasion des chants renvoyant à l'épopée révolutionnaire, entamée par le héros national Augusto Sandino, dans les montagnes de Segovia et poursuivie ensuite par le FSLN.



Le point culminant de l'événement fut atteint lorsque Daniel Ortega, accompagné de Rosario Murillo, apparut à la tribune, et rejoignit le Commandant de la révolution Tomas Borge, unique fondateur encore vivant du FSLN et actuel vice-secrétaire général de l'organisation sandiniste.



Avant le discours attendu du chef de l’État nicaraguayen, ont pris la parole la leader indigène guatémaltèque et prix Nobel de la paix Rigoberta Menchu, et le ministre cubain de l’Éducation supérieure et membre du Bureau politique du Parti communiste cubain, Miguel Diaz-Canel, qui ont transmis leurs salutations respectives en cette date historique.



Très émouvante fut l'intervention d'Aristobulo Isturiz, vice-président du Parti socialiste unifié du Vénézuela et du Parlement vénézuelien, qui a lu un message de salutations du président Hugo Chavez, envoyé depuis la Havane, où il reçoit actuellement un traitement médical.



OrtegaDe son côté, Daniel Ortega, pour son discours de clôture, a rappelé que « l'insurrection de 1979 a eu le mérite d'avoir réussi à unir l'ensemble du peuple dans la lutte contre la dictature somoziste, lorsque celle-ci se renforçait avec le soutien des États-Unis et de certains gouvernements militaires d'Amérique centrale. »



« Ce fut une bataille héroïque et le Front Sandiniste fut l'âme, fut la colonne vertébrale de cette lutte », affirme-t-il, et il a souligné que « sans le Front Sandiniste, il n'y aurait pas eu cette grande victoire ».



« C'est sur ces bases que fut forgée l'unité de toutes les couches du pays pour combattre tous ensemble la pauvreté et la faim, qui sont les grands défis de notre temps », a dit le leader sandiniste.



Il a également assuré qu'il était complètement convaincu que « le FSLN et les nicaraguayens ont consolidé leur présent et leur avenir révolutionnaire, puisque l'on est parvenu à intégrer la jeunesse aux batailles que mène le gouvernement pour le bien-être du peuple. Nous pouvons être tranquilles car avec cette jeunesse, il y aura le FSLN pour un bon bout de temps », a-t-il souligné.



A propos des élections de novembre prochain, Ortega a déclaré que le plan de gouvernement du FSLN pour les cinq années à venir sera annoncé en août, lorsque commence officiellement la campagne électorale.



Cependant, il a déclaré que ce sera le même « que celui que nous mettons en place actuellement et nous ne devons que l'améliorer, le renforcer, l'approfondir ».



Article initialement paru sur Prensa Latina

Retour à l'accueil