sacp1lIntervention du Parti Communiste Sud-Africain (SACP)

 





« Que la prochaine rencontre en Afrique du Sud soit l'occasion de raviver le mouvement communiste et progressiste sur le continent! »

 

11ème rencontre des Partis communistes et ouvriers, du 20 au 22 novembre, New Delhi, Inde

 

Traduction d'AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Le Parti Communiste Sud-Africain (SACP) tient à transmettre ses salutations fraternelles à tous les partis communistes et ouvriers réunis lors de cette 11ème rencontre des Partis Communiste et ouvriers organisée par les Parti Communiste d'Inde-Marxiste (CPI-M) et Parti Communiste d'Inde (CPI) – partis avec qui nous avons depuis longtemps des relations fraternelles et pour qui nous avons une grande admiration, pour les nombreuses années de luttes glorieuses menées avec la classe ouvrière et les pauvres en Inde, et en leur nom, contre le colonialisme Britannique et l'impérialisme.

 

Nous aimerions remercier le Parti Communiste d'Inde – Marxiste (CPI-M) et le Parti Communiste d'Inde (CPI) d'accueillir et d'organiser cette 11ème rencontre des Partis Communistes et Ouvriers. Le fait que cette Rencontre Internationale se déroule dans cette région pour la première fois depuis la reconstitution du mouvement communiste international après la chute du Mur de Berlin et la disparition des anciens pays socialistes d'Europe de l'Est et de l'Union Soviétique – est en soi un pas très important pour le mouvement communiste et ouvrier international. Entre autres, nous affichons notre solidarité avec les peuples de la région qui deviennent de plus en plus la cible des projets bellicistes, d'agression et de domination, de l'impérialisme comme cela est bien illustré actuellement par la soi-disant guerre contre la terreur et le fondamentalisme religieux en Pakistan et la bataille pour l'influence et la domination géo-stratégique qui en sont le corollaire.

 

Que nos analyses théoriques alimentent les luttes des travailleurs pour faire reculer le capitalisme et l'impérialisme dans la région!

 

Au cours des deux derniers jours de cette rencontre, nous avons porté des analyses et présenté des perspectives sur la nature, le caractère et l'impact de la crise capitaliste mondiale et ses implications pour les travailleurs et les pauvres tout en mettant en avant – et comme nous ne voudrions pas éluder cette question, ni rabâcher ce qui a déjà été dit, il suffit de dire que la crise s'impose à nous – ceux d'entre nous qui sont engagés à construire un modèle de développement juste, égal et durable qui mettent au centre les besoins fondamentaux du peuple et non le profit privé, c'est-à-dire, un ordre mondial socialiste, avec aujourd'hui de bien meilleures perspectives pour élaborer concrètement notre alternative comme le thème de la 11ème rencontre des Partis communistes et ouvriers nous y pousse.

 

Le SACP a, au cours des années et depuis que les tous premiers signes de cette crise ont commencé à faire surface, rendu des analyses concrètes sur cette crise; on peut trouver dans nos publications, journaux et magazines théoriques notre point de vue sur la crise et les perspectives que l'on dégage et nous aimerions aller plus loin, et que ces analyses ainsi que les idées que nous portons puissent, sous la bannière et les symboles dans lesquels nous croyons, constituer la base d’un renforcement des luttes des travailleurs pour faire reculer la domination du capitalisme impérialiste dans la région d’où nous venons, puisque les conséquences de la crise y sont ressenties avec encore plus de force pour différentes raisons, en premier lieu le faible niveau de développement et la domination de ces économies par les entreprises multi-nationales des pays impérialistes.

 

L'économie sud-africaine toujours hantée par l’héritage de l’apartheid, « un colonialisme d’un type spécial »

 

Le capitalisme, qui a servi de moteur à l’Empire, a été, dans son mouvement d’expansion mondiale depuis l’Atlantique Nord, un si ce n’est la force-clé qui l’a rendue possible. Au tournant du 20ème siècle, tout en déployant la logique apparente de leur pouvoir sans limites, les principaux bénéficiaires du système capitaliste ont cherché à donner à ce système, sous le titre de mondialisation, l’apparence du bon sens, à en faire une donnée naturelle qui s'imposerait ainsi à un Sud dont la majeure partie venait juste, au cours des 40 années précédentes, de briser le joug de la forme la plus ouverte et la plus brutale de colonialisme.

 

L'économie Sud-Africaine, comme la majeure partie du continent Africain, continue à reproduire les inégalités même après l'indépendance et est dominée par la persistence de faits coloniaux têtus, qui entravent la réalisation des objectifs du mouvement de libération nationale, dont nous avons été les protagonistes.

 

Les problèmes systémiques de l'économie Sud-Africaine (énormes inégalités, marginalisation spatiale d'au moins la moitié de la population et les niveaux critiques atteints par le taux de chômage) subsistent et se sont même reproduits, au cours de la dernière décennie et son taux de croissance moyen de 5%.

 

La voie capitaliste suivie en Afrique du Sud continue d'être dominée par des traits d'un colonialisme d’un type spécial (CST). L'économie est trop tournée vers l'exportation, dominée par l'exportation de produits primaires. Ce modèle particulier de développement dépendant repose sur la domination de la classe capitaliste-monopoliste des secteurs financiers, énergétiques et miniers sur les leviers de commande de l'économie. C'est une forme de domination qui dualise encore plus l'économie sur le plan des politiques de transport et urbaines, des politiques de gestion des ressources naturelles, et en terme de sous-développement de l'industrie manufacturière et du secteur des PME.

 

Notre modèle d'accumulation CST est aussi excessivement dépendant des importations de capital et de biens de luxe tout en contribuant à faire jouer au capital Sud-Africain un rôle prédateur dans notre région. L'ensemble du continent Africain, tout comme l'Afrique du Sud, est exportateur net de biens primaires; et importateur net de biens d'équipement beaucoup plus chers.

 

L'état critique de l'Afrique au début du XXIème siècle: « le plus grand acte d'accusation du capitalisme moderne »

 

Nous posons ces questions dans le contexte de l'élaboration – en fonction de notre point de vue et de notre cadre d'analyse – d'une approche stratégique et programmatique à laquelle répond cette rencontre placée sous le thème des « luttes des travailleurs et des peuples, de l'alternative et du rôle du mouvement communiste et ouvrier dans la formation de cette alternative ».

 

Les conditions actuelles en Afrique constituent peut-être le plus grand acte d'accusation du capitalisme moderne.

 

Considérons les questions soulevées récemment par la Banque Mondiale:

 

Le revenu total des 48 pays d'Afrique Sub-saharienne est désormais équivalent à celui de la toute petite Belgique

 

Chacun de ses pays a un revenu moyen de 2 milliards de dollars par an, soit l'équivalent d'une petite ville Occidentale avec une population de 60 000 habitants.

 

Le Produit Intérieur Brut de ce vaste continent représente moins de 1% du PIB mondial. Les conditions sociales se sont dégradées, depuis les gains mineurs qui avaient été engrangées immédiatement après l'indépendance.

 

Si on exclut l'Afrique du Sud, il y a moins de routes dans toute l'Afrique qu'en Pologne, et il y a seulement 5 million de téléphones.

 

On peut supposer que l'on a pas amplifié ces chiffres effrayants, puisque ils ont été compilés par la Banque Mondiale qui a dû ainsi admettre sa part de responsabilité dans ce qui s'est passé.

 

Comme les conséquences et la réalité de la crise capitalisme vont se cristalliser dans les prochains mois, la classe ouvrière, la paysannerie rurale et les pauvres en Afrique, et dans d'autres « pays en développement », seront encore plus vulnérables à la précarité, puisque leur qualité de vie se sera encore dégradée alors que la baisse des niveaux de vie a pu être déjà constatée partout.

 

 

Ranimer et renforcer le mouvement progressiste et communiste africain: un objectif prioritaire pour le PC Sud-Africain

 

Il y a une semaine, le SACP a commémoré le 50ème anniversaire de la revue théorique – African Communist! La revue théorique, il faut s'en souvenir – a été nommé l'African Communist, entre autres, pour la raison même que la revue avait anticipé le fait qu'elle deviendrait une revue théorique pour tous les communistes Africains et donc serait la plate-forme pour le débat, l'échange et la discussion autour d'une praxis Marxiste-Léniniste dans tout le continent. Ce défi, le Parti continue à croire qu'il est encore d'actualité aujourd'hui.

 

Par conséquent, nous recevons la proposition de la 11ème Rencontre des Partis Communistes et Ouvriers d'e tenir la 12ème Rencontre en Afrique du Sud comme un honneur et comme une contribution à la réalisation de cet objectif, qui récompense les efforts du Parti pour favoriser une poussée progressiste sur le continent.

 

Nous sommes vraiment honorés de cette proposition, et de la considération dont vous faites preuve à notre égard, avec la convocation de cette rencontre sur le continent Africain. Et nous la percevons comme une prise de position importante, l'expression de votre confiance et de votre solidarité avec les luttes des travailleurs et des pauvres sur notre continent.

 

Le SACP accueillera la prochaine rencontre: l'occasion d'en faire un moment dans le renforcement du mouvement communiste africain

 

Un honneur pour le PC Sud-Africain d'accueillir

 

Le SACP – organisera, si vous le voulez bien, la 12ème Rencontre Internationale des Partis communistes et ouvriers, et l'organisera comme une Rencontre Africaine! En agissant de la sorte, nous croyons que nous serions en position pour contribuer à la réaffirmation des efforts réalisés par les progressistes sur le continent pour réactiver un mouvement progressiste dans des conditions très difficiles et précaires.

 

La 12ème Rencontre qui se déroulera sur le continent Africain ne sera pas seulement l'occasion de répondre à l'objectif de rotation géographique de la Rencontre, mais sera un moment important d'expression politique, l'expression de notre confiance, et de la réaffirmation des luttes d'un continent et d'un peuple qui a tant souffert des rivalités impérialistes, des ravages des guerres provoquées par la cupidité insatiable des capitalistes et par la « re-colonisation », qui a été caractérisée par la remise en cause et le piétinement des réalisations de l'indépendance.

 

Le SACP a discuté de la question et est en accord total avec la proposition et donc vous demande de prendre note – si vous en décidez ainsi – que ce sera en effet un grand honneur d'accueillir la 12ème Rencontre des Partis Communistes et Ouvriers qui se déroulera en 2010!

 

Comme nous disons – Le Socialisme est l'avenir! Construisons-le maintenant et pour les travailleurs et les pauvres!

 

Amandla!

 

Site du Parti Communiste Sud-Africain: http://www.sacp.org.za/

Retour à l'accueil