Pour le Bloc de Gauche, « le principal espace de lutte est le Parlement »... pour le PCP il se trouve dans la rue et les entreprises!

 

Une roue dans l'engrenage du système...

 

(Titre original: Una peça na engrenagem)

 


de Filipe Diniz, membre du Comité Central du PCP

 


dans le numéro 1858 du 9 juillet 2009 d'Avante, hebdomadaire du PCP

 


Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 


Une page de journal comme tant d'autres. Ici, la page 8 du Sol (3 juillet 2009), consacrée aux listes pour les élections législatives. Les deux-tiers (avec photographie) sont consacrées au PSD [principal parti de droite]. Sur le reste de la page, quatre colonnes pour le Bloc de Gauche, deux pour la CDU. Le contenu des articles sur le Bloc de Gauche et la CDU est identique: les deux forces politiques proposent de faire élire leurs députés actuels. Ce statu-quo siginfie, pour le journaliste, que les communistes sont « conservateurs », chose qui, pourtant, ne peut être reprochée au Bloc de Gauche, puisqu'il prétend juste « mettre au Parlement quasiment toute la direction du parti ».

 

Voilà comment cette proposition du Bloc de Gauche est expliquée par un membre de sa commission politique: « le principal espace de lutte est le Parlement et c'est donc là que doivent se trouver les principaux dirigeants ».

 

Le Bloc de Gauche a fait du chemin depuis sa création. Il paraît bien loin, cependant, ce « mouvement » bernsteinien décrit dans la Déclaration « Un nouveau début », visant à enrichir « les instruments de participation directe des citoyens dans la vie politique », si critique envers « l'impasse du système politique portugais », qui soulignait que « les principales décisions ne se prennent pas sur les bancs de l'assemblée ni même au gouvernement ».

 

Dix années de vie ont appris au Bloc de Gauche à avoir un plus grand respect pour les institutions et pour le parlementarisme. Et c'est ce Bloc de Gauche qui défend que l'actuel Parlement Européen – avec une très large majorité de droite et avec la social-démocratie que nous connaissons – doit être chargé d'élaborer une nouvelle proposition de Traité Européen.

 

Il n'a visiblement rien appris des quatre ans de majorité absolue PS.

 

Si le gouvernement actuel et sa majorité parlementaire courent actuellement à sa perte, certaine et méritée, c'est parce que les travailleurs portugais, au lieu de considérer l'Assemblée de la République comme « le principal espace de lutte », ont combattu inlassablement sa politique et ont défendu leurs droits dans les entreprises, dans les écoles, dans la rue, et dans tant et tant d'actions de masses dans lesquelles les dirigeants du Bloc de Gauche venaient se montrer, à contre-coeur toutefois.

 

Elle commence à aller au Bloc de Gauche comme un gant, cette critique qu'il faisait dans sa Déclaration à la « politique actuelle »: « la personnalisation de la vie politique la rapproche d'une foire aux vanités, l'étroitesse de la dépendance aux médias lui retire toute profondeur et toute qualité »

 


Site d'Avante: http://www.avante.pt/

 

Retour à l'accueil