L'offensive idéologique sur la jeunesse

 

 

de André Luz, membre de la Commission politique de la Direction Nationale de la Jeunesse Communiste Portugaise

 

 

Pour la revue théorique du PCP O Militante, numéro 301 de Juin-Juillet

 

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

 

Les contradictions du système capitaliste s'accentuent toujours plus chaque jour, et comme les manières de les justifier aussi s'usent, le système vit dans une recherche incessante pour renouveller, actualiser et créer de nouvelles manières de se légitimer et de faire obstacle à la lutte des peuples.

 

 

Le système capitaliste use de toutes ses armes pour tenter de dominer et de formater les esprits et il a à son service d'immenses ressources pour permettre la diffusion de ses idées. Les jeunes sont naturellement la cible principale de cette offensive. Aujourd'hui, l'offensive idéologique se fait sentir partout, dans des domaines de grande importance comme dans ceux de moindre importance, et en usant de tous les moyens possibles.

 

 

Au travail

 

 

Par exemple, cela fait longtemps que les médias au service du système capitaliste tentent d'imposer l'idée que de nos jours la classe ouvrière n'existe plus, tout comme la lutte de classes et c'est pour cela qu'ils suggèrent l'utilisation de nouveaux mots. Comme par exemple, le fait de passer de la dénomination d'ouvrier ou de travailleur à celle de « collaborateur », c'est-à-dire que l'on est plus un travailleur qui travaille dans une enteprise mais plutôt un collaborateur qui collabore avec cette même entreprise.

 

Le patron est renommé « entité entrepreneuriale », donc juste une entreprise qui emploie certains collaborateurs mais qui n'exploient pas les travailleurs ni ne se sert d'eux pour créer des fortunes fabuleuses.

 

Avec le même objectif de domination idéologique et évidemment de maximisation du profit, on désire créer une génération de précaires, à tel point que, dans la même entreprise, on peut avoir pour le même poste de travail des rémunérations et des droits sociaux différents: si cela fait des années que tu es dans la maison, tu as un salaire et des droits garantis; si tu es un nouveau travailleur tu n'as pas de droits et tu auras un salaire inférieur. Ce qu'ils tentent de faire, c'est de casser les liens de solidarité entre travailleurs de différentes générations (par ailleurs, c'est également un des objectifs de l'attaque sur la Sécurité Sociale).

 

 

Dans l'éducation

 

 

Les forces dominantes du système capitaliste savent bien que l'enseignement est un pilier fondamental de la société et que c'est à l'école que les jeunes se forment en tant que personnes incorporant des valeurs qui les guideront dans leurs vies. Ainsi, l'enseignement est un des secteurs où cette offensive idéologique se fera le plus sentir.

 

Cela ne date pas d'hier, le fait que dans les manuels scolaires, particulièrement ceux d'Histoire, la manipulation des faits soit à chaque édition plus profonde, tout comme la réhabilitation du fascisme et l'offensive anti-communiste.

 

En ce qui concerne la Révolution d'Avril, le rôle du PCP est effacé, la limitant à la résistance d'Humberto Delgado [militaire portugais qui s'est présenté aux Présidentielles de 1958 contre le candidat Salazariste et contraint par la suite à l'exil] et aux militaires qui « ont fait » Avril. Mais la résistance à quoi? Résistance à l' « Etat Nouveau » (parce qu'il n'y a eu de fascisme qu'en Italie), un régime « à poigne » qui a conservé les « territoires d'outre-mer », héritages de la glorieuse Histoire de notre pays de « conquérants ».

 

Sur la Révolution d'Octobre, on ne dit rien, on n'écrit rien sur le fait que la Constitution Soviétique a été la première Constitution au monde à prescrire l'égalité de droits entre l'homme et la femme, notamment sur le plan électoral, ou que toute la population en URSS savait lire et écrire et que tous les niveaux d'enseignements étaient gratuits et garantis par l'Etat.

 

Rien n'est dit, rien n'est écrit, sur le rôle décisif de l'Armée Rouge dans la victoire sur le fascisme et le nazisme lors de la Seconde Guerre Mondiale, et sur le fait que c'est l'Armée Rouge qui a donné l'estocade finale au régime nazi.

 

Mais quand on parle des communistes c'est seulement pour les calomnier, accusant le peuple soviétique de s'être soumis à ses dirigeants successifs opportunistes et ambitieux, qui ont utilisé le centralisme démocratique comme instrument pour opprimer le peuple et contrôler l'appareil d'Etat. Cerise sur le gâteau, on met sur le même plan, de manière insidieuse, fascisme et communisme.

 

 

Dans les médias

 

 

Si cette offensive idéologique a comme cible prioritaire l'enseignement, il n'en est pas moins vrai qu'il existe une offensive idéologique dans quasiment tout ce qui nous entoure, dans la publicité, à la télévision, dans les revues, les journaux, la musique.

 

De fait, cela fait des années qu'à cet effet on diffuse des séries (ou encore mieux, des telenovelas) de production portugaise qui cherchent, soi-disant, à refléter la réalité de la jeunesse portugaise. En même temps, le fait que l'on mette en avant ces différents personnages (et ceux qui les interprétent) comme des icones de la jeunesse, grâce à une puissante machine de propagande et d'incitation à la consommation, permet aux groupes économiques qui dominent les médias de construire des modèles pour les jeunes, auxquels ils veulent ressembler à l'école et dans leur vie. Les associations d'étudiants qui se limitent aux activités ludiques, le voile jeté sur les questions centrales de la vie de n'importe quel adolescent, comme l'alcoolisme, la toxico-dépendance et les différentes questions liées à la sexualité, voilà à quoi ressemble ces séries. Tout cela avec comme toile de fond un collège privé, avec toutes les conditions matérielles que cela implique, comme si cela était inévitablement le cas que l'école publique soit dégradée et l'école privée synonyme de qualité.

 

 

Dans les jeux vidéos

 

 

Mais l'offensive visant spécifiquement la jeunesse ne se trouve pas ici. Le plus souvent ce sont des choses qui paraissent tellement insignifiantes qu'on ne s'en rend même pas compte, comme par exemple dans les jeux vidéos.

 

De nos jours, tout le monde joue à un type de jeu ou à un autre, soit sur ordinateur, soit sur console de jeu, et il existe mille et uns type de jeux, de sport, d'action, d'aventure et encore bien d'autres.

 

Nous savons aussi que les plus grands producteurs de jeux vidéos sont nord-américains, mais c'est que les gens savent moins c'est que le gouvernement américain donne tous les ans 120 000 dollars à l'Armée nord-américaine pour le développement de jeux vidéos. Comme nous le voyons, l'Armée nord-américaine crée et développe des jeux vidéos, qui n'ont rien de jeux innocents.

 

Par exemple, dans tous les jeux d'action qui existent le personnage est toujours un individu, jamais un collectif, il est toujours un commandant de forces spéciales qui se débrouille seul, et tue tout seul, l'action collective n'existant pas. Ainsi, de cette manière, on défend l'idée que nous, seuls, arrivons à tout faire et que nous n'avons en aucun cas besoin du collectif.

 

Mais il existe d'autres examples, comme le jeu « Call of Duty » dans lequel, soi-disant, on rejoue différentes batailles de la Seconde Guerre Mondiale. Dans tout le jeu, il existe près de 12 niveaux et pendant près de 9 niveaux le joueur commande un soldat allié, français ou anglais, alors que dans tout le jeu on joue seulement deux niveaux avec l'Armée Rouge, sachant que la première mission du joueur est de commander un soldat qui doit monter une colline mais qui n'a pas de balles car il n'y en avait pas pour tout le monde, comme on nous l'explique avant même de commencer à jouer.

 

Ainsi, un jeu qui, soi-disant, reconstitue la Seconde Guerre Mondiale est fait pour nous donner l'idée que ceux qui ont combattu en fait étaient les forces alliées du monde capitaliste, et qu'elles étaient très efficaces, et que l'Armée Rouge, qui pourtant a été la force qui a apporté la plus grande contribution, et la plus décisive, à la victoire, n'y était pour rien, ou en tout cas a eu un rôle bien moindre que celui des autres forces.

 

Dans un autre jeu appelé « Freedom Fighters », l'Amérique est envahie par les Soviétiques, qui ensuite tuent tout ce qui passe entre leurs mains, occupent des villes et des villes, détruisent tout et s'emparent de l'Etat américain. Dans ce jeu, le joueur est un plombier, qui seul parcourt les rues et se joint à d'autres résistants pour ainsi mettre fin à l'invasion soviétique.

 

Et c'est comme cela que l'on manipule les faits, car la vérité historique montre que ceux qui ont envahi d'autres pays ont été les Etats-Unis et non l'Union Soviétique.

 

Parler d'offensive idéologique dans les jeux vidéos peut paraître étrange, mais la vérité c'est que le gouvernement américain s'intéresse énormément à ce domaine, car des milliers des personnes jouent, dans le monde entier, à ce type de jeu, tous les jours.

 

 

Dans la musique

 

 

La « chanson est une arme », cela, on le dit depuis de nombreuses années. Mais de la même manière que la musique engagée continue à être un des principaux moyens de parvenir à toucher les masses, le capital sait aussi que contrôler l'industrie musicale est un moyen d'atteindre des milliers de personnes dans le monde entier.

 

Les grandes multinationales détiennent les droits des principaux artistes et souvent ceux-ci doivent se soumettre aux intérêts de ces multi-nationales, dont l'unique objectif est la recherche de profits toujours plus élevés.

 

Pendant de nombreuses années, et à l'origine c'était son objectif, le « Hip Hop » était et continue d'être une musique de contestation sociale qui a rapidement trouvé un large public parmi les plus jeunes, peut-être parce que c'est une musique directe et facile à assimiler, ou peut-être parce qu'il n'y a pas besoin de beaucoup d'argent pour jouer du Hip-Hop, étant donné qu'il n'y a pas besoin d'un matériel très important.

 

Pendant de nombreuses années le Hip-Hop était une culture plus « underground », qui n'était pas beaucoup diffusée mais qui était écoutée par de nombreux gens et disait des choses qui n'interésseraient pas tout le monde. Mais si nous regardons maintenant le mouvement Hip-Hop, celui-ci est très diffusé, leurs artistes passent sur toutes les radios et si nous regardons MTV, nous voyons plus de 20 ou 30 artistes différents qui disent tous la même chose, qui conduisent des grosses voitures, sont entourés de jeunes femmes, et couverts d'or de la tête aux pieds.

 

Ainsi, nous pouvons voir que, même dans la musique, on contrôle les idées que l'on diffuse. Si le Hip-Hop était un style musical dangereux parce qu'il comprenait une certaine notion d'engagement, le système capitaliste s'est arrangé pour trouver une solution: nous allons promouvoir ce style musical mais de la manière qui nous intéresse, nous allons faire en sorte que ce style musical cesse d'être un style engagé et devienne un style dénué de tout message et nous allons faire le maximum pour le promouvoir pour que ce que les jeunes voient soit une chose vide et sans aucun contenu.

 

Mais il est important de rappeler qu'il existe encore un mouvement Hip-Hop qui a effectivement un contenu revendicatif, qui chante la réalité. Toutefois, avoir des artistes qui disent la vérité est un danger pour le système capitaliste, et c'est pour cela que ceux-ci ne passent pas dans les radios, à la Télévision, et ne sont pas mis en avant par la presse.

 

 

Avec détermination et par la lutte, nous vaincrons toutes les offensives!

 

 

Le système capitaliste a à son service des moyens pour pouvoir toucher des millions de personnes sous les formes les plus diverses et ainsi pouvoir formater et contrôler la production des idées.

 

Cette offensive idéologique est forte, car la vérité est que le système capitaliste a ce grand objectif parce qu'il sait très bien que le futur de l'humanité ne réside pas dans cette société, ce n'est pas cette société que les peuples veulent et il sait bien que la solution est le socialisme. Et c'est parce qu'il le sait bien qu'il investit des milliers d'euros dans le développement de nouvelles manières de contrôler les idées, mais la lutte se chargera de rétablir la vérité!

 


Site de la revue O Militante: http://omilitante.pcp.pt/

Retour à l'accueil