PC Japonais: Révéler tous les secrets liés au Traité de Sécurité Américano-Japonais

 

Editorial de Akahata, hebdomadaire du PC Japonais, 5 juillet 2009

 

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net

 

Quatre anciens vice-ministres aux Affaires Etrangères ont admis au début du mois de juin l'existence d'un accord secret entre les Etats-Unis et le Japon autorisant l'acheminement d'armes nucléaires américaines sur le sol japonais.

 

Murata Ryohei, un de ces quatre hauts fonctionnaires, a assuré qu'il avait reçu de son prédécesseur un document sur cet accord secret. Cela a suscité des critiques envers le gouvernement qui continue à nier l'existence d'un tel accord secret.

 

Ce qui est à retenir, c'est que plusieurs anciens ministres des Affaires Etrangères ont confirmé l'existence du texte de l'accord secret, qui a commencé à être connu à partir des documents américains déclassifiés.

 

Nous exigeons que le gouvernement divulgue cet accord secret et le mette à la poubelle. Le plus important reste de réexaminer en profondeur tous les accords secrets Américano-Japonais qui sont basés sur le Traité de Sécurité Américano-Japonais.

 

Top secret

 

Murata Ryohei a été vice-ministre des Affaires Etrangères pendant deux ans à partir de Juillet 1987. Dans ses mémoires publiées en Septembre 2008, il a révélé le fait historique qu'à l'époque où le traité Américano-Japonais a été réexaminé en 1960, le Japon et les Etats-Unis ont signé un accord comprenant la clause suivante: « Aucune consultation préalable n'est nécessaire aux navires militaires américains qui transportent des armes nucléaires pour entrer dans les ports japonais ou pour naviguer dans les eaux territoriales japonaises. »

 

Dans son récent témoignage, Murata était plus explicite sur l'existence de cet accord secret. Il a dit que l'accord secret était écrit sur un bloc-notes du Ministère des Affaires Etrangères et conservé dans une enveloppe et qu'il « expliquait le document aux ministres des Affaires Etrangères ». Voici ce qu'a déclaré une des personnes impliquées dans cette affaire.

 

L'accord secret a été conclu lors de la révision du Traité de Sécurité Américano-Japonais en 1960.

 

Le Parti Communiste Japonais a obtenu le texte original de l'accord secret daté du 6 Janvier 1960, intitulé, « Rapport sur les discussions » aux Archives nationales Américaines. A la Diète (le Parlement), en Mars et en Avril 2000, le président du PCJ, Fuwa Tetsuzo, a interrogé les Premiers Ministres Obuch Keizo et Mori Yoshiro sur cet accord secret.

 

Le gouvernement a constamment nié l'existence de cet accord secret, mais les témoignages de Murata et d'autres anciens vice-ministres des Affaires Etrangères ont prouvé sans l'ombre d'un doute que la réponse du gouvernement à la question du PCJ était un mensonge.

 

Ainsi, le gouvernement Japonais a autorisé des navires militaires Américains qui transportent des armes nucléaires à faire des escales dans les ports Japonais ou à traverser les eaux territoriales Japonaises. Cela laisse supposer que le gouvernement n'a nullement l'intention de respecter les trois principes non-nucléaires (pas le droit à la possession, à la production, et à l'acheminement d'armes nucléaires sur le territoire Japonais). Il est totalement inacceptable d'autoriser le transport d'armes nucléaires au Japon, le seul pays victime de la bombe atomique. Nous forcerons le gouvernement à rendre public cet accord secret et à le rendre caduc, et à respecter à la lettre le principe qui consiste à ne pas autoriser le transport d'armes nucléaires sur le sol Japonais.

 

Nous ne pouvons pas laisser de côté le fait que les accords secrets liés au Traité de Sécurité Américano-Japonais ne concernent pas seulement le transport d'armes nucléaires au Japon. D'autres accords secrets controversés ont été révélés, permettant aux troupes Américaines de servir du Japon comme d'un tremplin pour des projets d'attaque en cas d'urgence dans la Péninsule Coréenne, concernant la rétrocession au Japon des droits administratifs sur Okinawa, et sur l'abandon des poursuites Japonaises envers les Américains en service coupables de crimes commis au Japon. Ces accords secrets ont toujours existé depuis que le Traité Américano-Japonais a été conclu.

 

Ces accords secrets ont été réalisés dans le but d'éviter le courroux populaire vis-à-vis de cet humiliant Traité de Sécurité, grâce auquel les Etats-Unis viole la souveraineté nationale Japonaise et menace la paix et la sécurité du peuple Japonais. Nous ne devons pas permettre qu'il reste en vigueur au vingt-et-unième siècle. Il est important de lutter pour exiger l'abrogation du Traité de Sécurité et d'appeler à l'abandon de tous les accords secrets.

 

Le Parlement doit assumer ses responsabilités

 

Dans la suite des témoignages des vice-ministres des Affaires Etrangères, le Comité sur les Affaires Etrangères de la Chambre des Représentants et le Comité sur les Affaires Etrangères de la Chambre des Conseillers envisagent d'assigner Murata à comparaître, et d'autres officiels concernés à témoigner au Parlement. C'est la première fois que la Diète agit pour faire la lumière sur la question des accords secrets.

 

Cette législature a la responsabilité de ne pas laisser les mensonges du gouvernement impunis. L'enquête lancé par la Diète sur la part d'ombre qui entoure ces accords secrets servira aussi à ce que l'on dépasse les relations aberrantes, qui existent actuellement, entre le Japon et les Etats-Unis.



Site du Parti Communiste Japonais: http://www.jcp.or.jp/english/

Retour à l'accueil