Déclaration du PC Japonais sur les résultats des élections législatives



« Dans des conditions défavorables, le PCJ s'est bien défendu en conservant ses sièges et en gagnant des voix »



Traduction et introduction d'AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



La colère des Japonais face aux politiques libérales menées par le PLD, qui n'ont apporté que précarité, chômage et bas salaires, et face à 50 ans de clientélisme dû à la particularité de « la démocratie à parti unique » japonaise est à l'origine de la défaite historique de la droite libérale japonaise, qui apparaît plus comme un vote sanction que comme un vote d'adhésion au centre-gauche représenté par le Parti Démocrate qui gagne 197 sièges et obtient la majorité absolue au Parlement.

 

 

Dans un contexte de forte bi-polarisation entretenue par le mode de scrutin majoritaire uninominal (tempéré par une dose de proportionnelle concernant 80 des 480 sièges), le Parti Communiste a réussi à se maintenir et à résister. Malgré un très léger recul en pourcentage de voix (7,03% contre 7,25%), la hausse de la participation fait que le Parti Communiste progresse en termes absolus de 25 000 voix juste sous la barre des 5 millions de voix. Le Parti Communiste conserve ses 9 sièges, tous obtenus à la proportionnelle. La bipolarisation entretenue tant par le système politique japonais que par la pression médiatique fait du score obtenu par le Parti Communiste un résultat plus qu'encourageant.

 

 

On peut penser que les appels du PC Japonais à se servir de cette échéancee électorale comme d'un référendum anti-PLD et le désistement des candidats communistes ainsi que le soutien apporté par le PC au Parti Démocrate dans certaines localités a renforcé cette bi-polarisation et cette tendance au vote utile. Néanmoins, le PC Japonais a multiplié les déclarations sceptiques sur la politique sociale du PD reposant certes sur des promesses des hausses d'allocations sociales qui seraient financées non pas par des coupes dans le budget militaires ou des taxes sur le capital mais par des taxes à la consommation et par des coupes dans les budgets sociaux. Sur le plan international, derrière les slogans, le PC Japonais a exprimé son inquiétude devant un statu quo dans les relations américano-japonais alors que le PC Japonais continue à militer pour le retrait des troupes américaines du Japon, le désarmement nucléaire et l'annulation de l'accord de libre-échange Américano-Japonais.

 

 

Devant la crainte que la victoire du centre-gauche ne représente qu'un changement d'équipe, mais pas de politiques; sentiment conforté par les discours sur une meilleure gouvernance et une meilleure efficacité de la part de la nouvelle administration, le PCJ a affirmé sa position: il sera « un parti d'opposition constructif ». Refusant ainsi toute participation gouvernementale, le Parti soutiendra tout projet qui sera favorable aux intérêts du peuple et s'opposera à tout projet qui leur seront contraires. A noter que le PC Japonais devra être particulièrement vigilant pour éviter sa marginalisation en se rangeant derrière le PD puisque celui-ci prévoit une réforme constitutionnelle visant à supprimer les 80 sièges répartis à la proportionnelle, ce qui signifierait la mort de la représentation parlementaire du Parti Communiste.

 

 

Dans ces luttes politiques et sociales, le Parti Communiste Japonais pourra s'appuyer sur ce qui fait sa force, et qui lui a permis de résister lors de ce moment électoral: son organisation. Avec plus de 400 000 militants, son organe central, Akahata (le Drapeau Rouge) qui tire à 1,6 millions d'exemplaires, ce qui en fait un des journaux les plus au monde, le Parti Communiste Japonais est de fait, par son enracinement social, la troisième force politique du pays. C'est également un parti en pleine croissance, enregistrant plus de 15 000 nouvelles adhésions par an, pour la plupart des jeunes, étudiants ou salariés précaires, voyant dans le Parti un pôle de résistance historique dans un contexte social marqué par une remise en cause diffuse de l'exploitation capitaliste et un attrait renouvelé pour la pensée marxiste et communiste au Japon.

 

Voici la déclaration rendue par le Parti Communiste Japonais le lendemain des élections:


Le comité exécutif permanent du Parti Communiste Japonais a publié le 31 août la déclaration suivante sur les résultats des élections législatives du 30 août:



(1)



Lors des élections législatives du 30 août, la coalition au pouvoir composée des partis Libéral-Démocrate (PLD - droite libérale-conservatrice) et Komei (centre-droit religieux), qui a été lourdement critiquée pour avoir paupérisé le peuple japonais et miné les efforts de paix, a essuyé une défaite écrasante et a été contrainte à abandonner le pouvoir. La représentation parlementaire du PLD est en forte baisse puisqu'il ne conserve que 119 sièges, soit un tiers de sa force pré-électorale. Baisse analogue pour le Parti Komei qui passe de 31 à 21 sièges.



Le PCJ s'est opposé au gouvernement PLD-Komei dans tous ses mauvais coups. Pendant la campagne électorale, le PCJ a appelé les électeurs à « mettre fin au gouvernement PLD-Komei ».



Le PCJ accueille maintenant le verdit électoral comme un premier grand pas en avant dans la vie politique japonaise.



(2)



Le PCJ a conservé ses neuf sièges acquis à la représentation proportionnelle. Il a récolté 4 940 000 voix, en progression par rapport aux 4 910 000 voix obtenues lors des élections législatives de 2005, bien qu'en pourcentage le parti ait connu un léger recul avec 7,03% comparé aux 7,25% obtenus précédemment.



Lors de cette consultation, la majorité des électeurs ont lancé un appel clair: « Non à un gouvernement PLD-Komei ». Cet appel s'est élevé alors que les politiques et les politiciens du PLD achevaient de se décrédibiliser. Cela a créé potentiellement des conditions politiques plus favorables à notre action. Dans le même temps, cependant, on a répondu à cet appel par une opération médiatique de soutien massif au Parti Démocrate, illustrée par une grande campagne présentant cette élection comme le choix d'un gouvernement qui se limiterait aux « deux grands partis ». Cela a joué un grand rôle dans des régions dans lesquelles la campagne du PCJ a été faible. La capacité du PCJ à accroître son audience électorale s'en est trouvée réduite par conséquent.



Si on prend en considération ces conditions défavorables, le PCJ s'est bien défendu en conservant le nombre de sièges qu'il avait déjà avant les élections et en augmentant le nombre de voix exprimées pour le PCJ. Nous exprimons notre gratitude sincère envers tous ceux qui ont voté pour le PCJ, en particulier les sympathisants du PCJ, y compris les membres de l'association des sympathisants du PCJ, tout comme les membres du PCJ qui ont bravé les chaleurs estivales pour travailler dur pendant la campagne électorale.



(3)



A la suite des élections à l'Assemblée Métropolitaine de Tokyo, le Comité Exécutif Permanent du PCJ a rendu une déclaration intitulée: « Utiliser les élections législatives à venir comme une opportunité pour mettre fin aux politiques du gouvernement PLD-Komei et offrir un changement de cap à la politique japonaise. » Le PCJ a mené sa campagne électorale en s'appuyant sur cette déclaration.



Tout en partageant les fortes critiques exprimées par la majorité du peuple envers le gouvernement PLD-Komei, nous avons clairement affirmé que nous utilisions cette campagne comme une opportunité pour explorer les nouvelles voies politiques que le Japon devrait emprunter au XXIème siècle. En particulier, notre déclaration selon laquelle nous luttions pour être un « parti d'opposition qui s'agirait de manière constructive » dans le cadre du prochain gouvernement qui sera mis en place après l'élection a été reçu favorablement par de nombreuses personnes. Nous croyons que cet appel de campagne a été accepté par un large éventail de personnes comme un appel proactif et qu'il a permis au PCJ de bien se défendre dans cette campagne.



(4)



Comme cela ressort clairement des résultats électoraux, le PCJ a un rôle très important à jouer en tant que parti d'opposition qui agit de manière constructive. Il fera tous les efforts possibles pour coopérer avec les mouvements populaires afin de réaliser notre plate-forme électorale. Notre position vis-à-vis d'un gouvernement mené par le PDJ sera de coopérer dans la mise en œuvre de politique qui vont dans le sens de l'intérêt général. Et nous rejetterons tout ce qui ne va pas dans le sens de l'intérêt général. A partir de cette position, nous sommes prêts à faire de notre mieux pour améliorer les politiques mises en œuvre.



Nous nous battrons pour sortir des vieilles politiques servant les intérêts du patronat Japonais et de l'alliance militaire Américano-Japonaise afin d'ouvrir la voix à l'établissement du principe les gens d'abord dans un nouveau Japon. Les électeurs ont manifesté leur désapprobation ferme du gouvernement PLD-Komei lors de cette élection législative, mais de nombreux sondages montrent qu'ils ne se soutiennent pas pour autant totalement les politiques du PDJ. Les citoyens continueront à explorer de nouvelles orientations politiques pour le Japon, autres que les politiques de la coalition gouvernementale PLD-Komei. Nous travaillerons afin de faire connaître largement au public que nos propositions de changement représentent une alternative.



(5)


La campagne électorale nous a fait réaliser combien il est important de créer un parti fort. Nous avons fait tous les efforts nécessaires afin de renforcer le Parti de façon à réaliser des progrès sous n'importe situation politique. Tandis que nous luttions pour prendre note et relayer les revendications populaires, nous avons posé les bases du travail préparatoire à la réalisation de nouveaux progrès pour le PCP à travers l'effort de national de diffusion du programme du PCJ, ce qui comprend la vision du PCJ pour l'avenir de notre société et la campagne de masse d'adhésion au parti et de diffusion d'Akahata. Mais notre effort a seulement permis quelques progrès initiaux et doit être poursuivi.



Sous cette nouvelle situation politique, le rôle national que le PCJ peut jouer sera plus important que jamais. Nous continuerons à nous battre pour construire un parti plus fort tant en qualité qu'en quantité de manière à ce qu'il puisse remplir pleinement son rôle.



  • Akahata,1er septembre 2009


Voir aussi l'article sur l'histoire du Parti Communiste Japonais et l'introduction sur l'organisation et les choix idéologiques et programmatiques du Parti: Sur le 87ème anniversaire de la fondation du Parti Communiste Japonais


Site du Parti Communiste Japonais: http://www.jcp.or.jp/english/


Retour à l'accueil