castro y guevara45ème anniversaire de la lettre d'adieu du Che Guevara à Fidel Castro

Article de CubaDebate

 

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

(Lettre d'adieu premièrement publiée et traduite sur le site de la section du 14ème arrondissement de Paris du PCF: http://pcf-paris14.over-blog.org/)

 



Le 3 octobre 1965, le Parti unifié de la révolution socialiste annonçait qu'il adoptait le nom de Parti communiste de Cuba et tenait son premier Comité central. Dans une allocation exceptionnelle, Fidel lit alors la carte d'adieu de Che Guevara.



Cette nuit-là, le président Fidel Castro était en charge du rapport et de la présentation du Comité central, dont il dit: « Il n'y a guère d'épisode héroïque dans l'histoire de notre patrie au cours des dernières années qui ne soit pas représenté ici ».



« Il manque à notre Comité central – a continué Fidel – quelqu'un qui possède tous les mérites et toutes les vertus nécessaires au plus haut degré pour y appartenir et qui, cependant, ne figure pas parmi les membres de notre Comité central. »



Fidel commença alors la lecture, au milieu d'une tension dramatique indescriptible, de la lettre d'adieu du Che.



Un des premiers engagements adoptés par le Comité central, acclamé à l'unanimité, fut de prendre le nom de Parti communiste de Cuba et le second fut la fusion des journaux Revolucion et Hoy, pour en créer un nouveau qui porterait le nom de Granma « comme symbole de notre conception révolutionnaire et de notre parcours ».



Jour historique, moment transcendantal exemplaire d'unité révolutionnaire. Comme le dira Fidel le 3 octobre 1965: « Nous défendrons, comme nous l'avons défendu jusqu'à présent, nos points de vue et nos positions ainsi que notre ligne, de façon conséquente par nos actes et nos accomplissements. Et rien ne pourra nous écarter de ce chemin ».



Che Fidel snakLettre d'adieu du Che à Fidel



« Fidel,


Je me souviens en ce moment de tant de choses : du jour où j'ai fait ta connaissance chez Maria Antonia, où tu m'as proposé de venir et de toute la tension qui entourait les préparatifs. Un jour, on nous demanda qui devait être prévenu en cas de décès, et la possibilité réelle de la mort nous frappa tous profondément. Par la suite, nous avons appris que cela était vrai et que dans une révolution il faut vaincre ou mourir (si elle est véritable). De nombreux camarades sont tombés sur le chemin de la victoire.


Aujourd'hui, tout a un ton moins dramatique, parce que nous somme plus mûrs ; mais les faits se répètent. J'ai l'impression d'avoir accompli la part de mon devoir qui me liait à la Révolution cubaine sur son territoire, et je prends congé de toi, des compagnons, de ton peuple qui est maintenant aussi le mien.


Je démissionne formellement de mes fonctions à la Direction du Parti, de mon poste de ministre, je renonce à mon grade de commandant et à ma nationalité cubaine. Rien de légal ne me lie plus aujourd'hui à Cuba en dehors de liens d'une autre nature qu'on n'annule pas comme des titres ou des grades.


En passant ma vie en revue, je crois avoir travaillé avec suffisamment d'honnêteté et de dévouement à la consolidation du triomphe révolutionnaire. Si j'ai commis une faute de quelque gravité, c'est de ne pas avoir eu plus confiance en toi dès les premiers moments dans la Sierra Maestria et de ne pas avoir su discerner plus rapidement tes qualités de dirigeant d'hommes et de révolutionnaire.


J'ai vécu des jours magnifiques et j'ai éprouvé à tes côtés la fierté d'appartenir à notre peuple en ces journées lumineuses et tristes de la Crise des Caraïbes. Rarement, un chef d'Etat fut aussi brillant dans de telles circonstances, et je me félicite aussi de t'avoir suivi sans hésiter, d'avoir partagé ta façon de penser, de voir et d'apprécier les dangers et les principes.


D'autres terres du monde réclament le concours de mes modestes efforts. Je peux faire ce qui t'est refusé, en raison de tes responsabilités à la tête de Cuba et l'heure est venue de nous séparer.


Je veux que tu saches que je le fais avec un mélange de joie et de douleur; je laisse ici les plus pures de mes espérances de constructeur et les plus chers de tous les êtres que j'aime...et je laisse un peuple qui m'a adopté comme un fils. J'en éprouve un déchirement. Sur les nouveaux champs de bataille je porterai en moi la foi que tu m'as inculquée, l'esprit révolutionnaire de mon peuple, le sentiment d'accomplir le plus sacré des devoirs : lutter contre l'impérialisme où qu'il soit ; ceci me réconforte et guérit les plus profondes blessures.


Je répète une fois encore que je délivre Cuba de toute responsabilité, sauf de celle qui émane de son exemple. Si un jour, sous d'autres cieux, survient pour moi l'heure décisive, ma dernière pensée sera pour ce peuple et plus particulièrement pour toi. Je te remercie pour tes enseignements et ton exemple ; j'essaierai d'y rester fidèle jusqu'au bout de mes actes. J'ai toujours été en accord total avec la politique extérieure de notre Révolution et je le reste encore. Partout où je me trouverai, je sentirai toujours peser sur moi la responsabilité d'être un révolutionnaire cubain, et je me comporterai comme tel. Je ne laisse aucun bien matériel à mes enfants et à ma femme, et je ne le regrette pas ; au contraire, je suis heureux qu'il en soit ainsi. Je ne demande rien pour eux, car je sais que l'Etat leur donnera ce qu'il faut pour vivre et s'instruire.


J'aurais encore beaucoup à te dire, à toi et à notre peuple, mais je sens que c'est inutile, car les mots ne peuvent exprimer ce que je voudrais, et ce n'est pas la peine de noircir du papier en vain.


Jusqu'à la victoire, toujours.  La Patrie ou la Mort !


Je t'embrasse avec toute ma ferveur révolutionnaire


ERNESTO CHE GUEVARA »

Retour à l'accueil