Intervenons pour que la France condamne le blocus économique de la bande de Gaza par Israël !

Le 19 septembre dernier, les autorités d’Israël décidaient de classer l’ensemble de la bande de Gaza « entité hostile » et de faire subir à ses 1.500.000 habitants reclus dans 360km2 des sanctions économiques. Officiellement, il s’agirait de réagir au lancement périodique de roquettes contre Israël. Dimanche 28, la « punition collective » a commencé à être mise en œuvre. Ses conséquences dramatiques n’ont pas tardé à se faire ressentir sur un territoire sinistré, dont l’économie est complètement étouffée et la société méthodiquement détruite par la domination israélienne.


Israël a décidé de bloquer la quasi-totalité des importations en transit vers Gaza, y compris des produits de première nécessité et des carburants. La pénurie alimentaire a déjà commencé. Les journalistes étrangers en témoignent : les prix du lait, de la farine, de l’huile s’envolent. Le reste devient introuvable, même les médicaments. L’activité est paralysée à 95%. Israël a également affiché son intention de couper l’alimentation électrique de la bande de Gaza. L’hypothèse d’une nouvelle intervention militaire est largement évoquée dont la population palestinienne ferait immanquablement et terriblement les frais.

Cette nouvelle violation des droits fondamentaux des peuples est inadmissible. L’inaction des grandes diplomaties du monde est révoltante. Si elle perdure, elle devient complicité.

L’intervention du secrétaire général des Nations Unies et l’action d’associations pacifistes israéliennes ont dissuadé pour l’instant le pouvoir israélien de couper l’électricité mais il s’en garde la possibilité. Partout dans le monde, les associations commencent à alerter l’opinion publique sur la situation humanitaire et les conséquences du blocus. Les répercussions sont aussi politiques : les conditions inhumaines subies par les Palestiniens ne peuvent qu’alimenter le désespoir, l’extrémisme et préparer une flambée de violence.

Notre responsabilité est d’agir en France en direction de notre gouvernement. Un porte-parole du ministère des affaires étrangères s’est fendu d’une molle communication critique.

Mais, il y a à peine une semaine, le Président de la République accueillait en grande pompe le premier ministre israélien, Ehud Olmert. A cette occasion, Sarkozy a une nouvelle fois manifesté son soutien au pouvoir en place en Israël et en particulier à sa campagne pour des sanctions contre l’Iran, en attendant la guerre « préventive » qu’Israël et Bush appellent de leurs vœux. De l’arme nucléaire israélienne, des menaces que la politique impérialiste de ce pays représentent pour tous les peuples voisins et pour la paix dans le monde, de la politique d’agression permanente en violation d’innombrables résolutions des Nations unies, il n’a pas été question. Pas plus que du blocus annoncé de Gaza.

L’alignement de Sarkozy sur Bush est grave. La question du Proche-Orient concerne les Français. Communistes conséquents, nous appelons à intervenir et à participer à toute manifestation contre la prise en otage des palestiniens de Gaza. Poussons le gouvernement français à se prononcer fermement, à prendre des mesures diplomatiques face à l’agression israélienne. Continuons à militer pour une paix juste et durable en Palestine supposant le respect du droit de chaque peuple, nécessaire à la sécurité internationale.
Retour à l'accueil