czech50A partir du 1er septembre, défendre le communisme est un crime en Slovaquie : les partis communistes du monde entier solidaires avec leurs camarades slovaques face à l'anti-communisme européen


Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Ce jeudi 1er septembre, un nouveau pas a été franchi dans l'offensive anti-communiste européenne en Slovaquie. A l'initiative du gouvernement, et avec l'approbation du Parlement, une modification du Code pénal est entrée en vigueur ce jeudi, ouvrant la voie de factoà la criminalisation du point de vue communiste dans ce pays d'Europe de l'Est.



Selon l'article amendé du Code pénal, « quiconque nie, approuve ou essaie d'excuser les crimes du régime fondé sur l'idéologie communiste est passible d'une peine allant de six mois à trois ans de prison »(cf Les communistes slovaques, nouvelle cible de l'anti-communisme européen : la défense du communisme et de l'ancien régime socialiste Tchécoslovaque criminalisés).



Soumis à des pressions permanentes depuis l'indépendance d'un pays basant son identité sur le nationalisme anti-communiste, le Parti communiste slovaque (KSS) a toujours résisté à l'offensive de l'idéologie dominante, y compris celle issue des rangs « amis ». Ainsi, en 2004, il avait critiqué durement les thèses du 1er Congrès du Parti de la gauche européenne (PGE), se limitant comme le PC Tchèque à une place d'observateur distant.



Force significative politiquement, le KSS avait même, en 2002, réalisé une percée électorale historique, avec plus de 6% des voix et 11 députés. Exclu du parlement depuis 2006, il continue actuellement de mener la lutte dans la société slovaque contre la politique de casse sociale orchestrée par l'Union européenne.



Les Partis communistes n'ont pas tardé à exprimer leur solidarité avec leurs camarades slovaques. Il convient de rappeler qu'à la 12ème rencontre des Partis communistes et ouvriers, organisée à Johannesbourg, la quarantaine de partis présents avaient adopté une résolution où il était affirmé que « nous lutterons résolument contre l'anti-communisme, les lois, mesures et persécutions anti-communistes ; pour exiger la légalisation des Partis communistes interdits. Nous défendrons l'histoire du mouvement communiste, la contribution du socialisme au progrès de la civilisation humaine ».



Ce 26 août, le groupe de travail de la Rencontre des partis communistes et ouvriers a appliqué cette résolution en lançant un appel à tous les partis communistes et ouvriers afin qu'ils expriment leur solidarité active avec le Parti communiste slovaque, dès le 1er septembre, par des actions de toute sorte (protestations devant l'ambassade de Slovaquie, publications, conférences et communiqués de presse, manifestations etc.).



Une dizaine de partis communistes ont déjà répondu à l'appel exprimant publiquement leur réprobation de la législation y compris auprès des autorités slovaques.



Nous, communistes français qui avons fait le choix de rester fidèles à l'internationalisme prolétarien, réaffirmons notre soutien et notre solidarité à nos camarades slovaques face au déchaînement de l'anti-communiste européen !



Légende de l'image : timbre tiré à l'occasion du 50ème anniversaire du Parti communiste de Tchécoslovaquie

Retour à l'accueil