Tsipras24.jpgLe responsable de SYRIZA, Alexis Tsipras, rassure les diplomates des États-Unis et des grandes puissances capitalistes : il ne sortira pas du camp impérialiste


Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


Ce mercredi 6 juin, le président de SYRIZA, Alexis Tsipras, rencontrait les ambassadeurs et diplomates des Etats-membres du G20. Le journal 'Rizospastis', organe du Comité central du KKE, a commenté la nouvelle en ces termes :


« M.Tsipras a livré ses 'lettres de créance', lors d'un événement véritablement solennel, à un haut dignitaire de l'ambassade Américaine et aux diplomates des 19 pays capitalistes les plus puissants du monde. La rencontre entre le président du SYRIZA et les ambassadeurs des pays du G20 nous renvoient au passé récent, en particulier à l'ancien premier ministre Giorgos Papandreou, qui est parti sans laisser de traces ces dernières semaines... Les mêmes mots d'ordre sur 'une nouvelle politique étrangère pacifique et multi-polaire', les mêmes références aux 'initiatives internationales pour la démocratisation du système de relations internationales' et la nécessité de 'réformer le rôle de l'ONU'.


Et dans le même temps, aucune mention de l'OTAN. Motus et bouche cousue ! L'OTAN qui s'est récemment réuni à Chicago et a pris de nouvelles décisions dangereuses pour l'expansion de son activité, pour la répression de chaque force, de chaque peuple qui chercherait à prendre en main son avenir. Le silence de M.Tsipras concernant les ingérences incessantes contre la Syrie est effarant. Aucune mention, comme si des plans d'intervention militaire dans la région n'étaient pas préparés. Comme si l'utilisation de la base américaine à Suda ne faisait pas partie des plans concernant l'intervention, et l'usage plus généralement des ports, de l'espace aérien et des mers de notre pays. Le président de SYRIZA n'a rien dit sur la façon dont un gouvernement de « gauche », qu'il s'est engagé à former, réagirait dans une telle situation.


Pourquoi ? C'est évident. Puisqu'il ne pose pas la question du retrait de notre pays des plans impérialistes, de l'organisation impérialiste que constitue l'OTAN, au nom des « obligations de l'alliance », le pays sera entraîné dans une nouvelle guerre impérialiste sanglante, sous un gouvernement de « gauche ». Mais M.Tsipras n'a pas omis de mentionner qu'il jouait un rôle important dans la constitution d'un « Moyen-Orient sans armes nucléaires », pointant du doigt le programme nucléaire Iranien, qui est le prétexte qui sera utilisé par les Etats-unis et Israel pour justifier une possible attaque militaire contre l'Iran, une nouvelle guerre. Pas un mot sur les armes nucléaires qu'Israel possède déjà.


Le président de SYRIZA a tenu une nouvelle fois à affirmer sa loyauté envers l'UE impérialiste, et la nécessité que la Turquie intègre l'UE, quelque chose que le mouvement ouvrier et communiste Turc refuse. Enfin, il considère approprié devant ces ambassadeurs étrangers de cracher sans la moindre hésitation son venin sur le socialisme connu en URSS et dans d'autres pays au XX ème siècle, et qui, en dépit de ses faiblesses, fut pendant plus de 50 ans un point d'appui irremplaçable pour la paix et la sécurité des peuples et une épine dans le pied des impérialistes. »

Retour à l'accueil