camp_children1.jpgBarakeh, député communiste arabe israélien, à Auschwitz: poursuivre la lutte contre le racisme et le fascisme



Traduction d'AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Déclaration du Bureau Politique du Parti Communiste d'Israël



Le député Muhammad Barakeh, président du Hadash-Front démocratique pour la paix et l'égalité (FDPE) et membre du Bureau Politique du Parti Communiste d'Israël (PCI), fera partie ce mois-ci [aujourd’hui 27 janvier], avec les bénédictions des directions PC et du Hadash, à la délégation parlementaire Israélienne qui participera aux cérémonies pour le Jour International de la Libération du Camp de Mort par l'Armée Rouge. Sa participation est une expression claire de la ligne idéologique et politique, portée par le PCI et le Hadash depuis des années:



Le 27 janvier, jour de la libération de Auschwitz par l'Armée Rouge, a été désigné par l'ONU comme le jour international du souvenir pour les victimes du Fascisme et de l'Holocauste. Tout au long du 20ème siècle, les communistes ont mené la lutte contre le fascisme et le racisme. Nous sommes fiers de cette lutte et nous engageons pour ces valeurs humaines qui l'animent, maintenant et à l'avenir.



L'Holocauste des Juifs européens est un élément indissociable de la nature raciste et de la pratique monstrueuse du fascisme. La leçon de l'Holocauste est universelle et humaine. La faire sienne est à la fois un devoir d'humaniste et un devoir de communiste. Ces dangers existent dans la société Israélienne également, et lutter contre ceux-ci nous oblige à former, au sein de la société Israélienne, un large front démocratique de résistance et d'action.



Le PCI est bien conscient que dans les dernières années, l'establishment Israélien a fait de grands efforts pour s'approprier l'Holocauste et le mettre au profit de la propagande officielle Israélienne. C'est un rapprochement fallacieux. En tant que Parti Communiste d'Israël, il est de notre devoir de contribuer à la lutte contre le mauvais usage de la mémoire de l'Holocauste, qui est censée justifier l'Occupation. La façon de traiter cette question ne peut pas être ni de fuir ni d'esquiver la question. Traiter cette question ne signifie pas laisser entre les mains de l'establishment Israélien l'organisation universelle d'événements et de cérémonies commémorant les victimes du Nazisme.



Choisir le jour de la libération d'Auschwitz par l'Armée Rouge pour être le Jour International du Souvenir pour les victimes du Fascisme et de l'Holocauste, était un succès important dans la lutte progressiste international contre les tentatives pour minimiser et effacer le rôle décisif joué par l'Union Soviétique dans la victoire contre la bête Nazie. En Israël, le PCI s'est tenu pendant de nombreuses années au premier rang des commémorations du 9 mai – Jour de la Victoire contre l'Allemagne Nazie – même à l'époque où l'establishment Israélien choisissait d'ignorer complètement cet événement décisif dans l'histoire de l'humanité



Dans le cadre du mouvement communiste et progressiste mondial, le PCI continuera à participer activement aux commémorations de la victoire contre le Nazisme, et de la libération d'Auschwitz par l'Armée Rouge, sur la scène internationale également.



Notre participation à la délégation parlementaire découle de notre décision historique et stratégique de jouer un rôle actif dans la scène parlementaire Israélienne. Cette décision est, pour nous, un élément indissociable de notre lutte pour gagner l'opinion publique Israélienne, afin d'emmener à une profonde transformation politique dans ce pays. Nous faisons partie de la Knesset. Nous ne la boycottons pas, ni son activité, mais la traitons comme une arène de la lutte politique, dans laquelle nous nous battons pour nos valeurs et nos principes. Une délégation parlementaire n'est pas une délégation parlementaire. Dans une délégation parlementaire, chaque membre exprime les opinions et les valeurs de son parti.



Pendant toutes ces années, le PCI s'est opposé, et s'oppose toujours, aux politiques dangereuses et destructrices des gouvernements Israéliens. Nous luttons contre celles-ci de toute force dans toutes les arènes politiques. Dans cette lutte, nous rejetons la tentative visant à identifier le gouvernement d'Israël avec le peuple d'Israël Nous voulons remplacer le gouvernement d'Israël Nous voulons convaincre le peuple d'Israël



Au-delà de l'importance idéologique de notre participation dans la visite du camp d'Auschwitz, le PCI y voit un acte important dans la lutte politique actuelle. Face au danger que pose l'extrême-droite en Israël, le PCI et le Hadash (Front démocratique pour la paix et l'égalité) a posé comme une question politique majeure, la question de qui va isoler qui: la droite Israélienne parviendra-t-elle à isoler la Gauche et la population Arabe, ou parviendrons-nous à les isoler? Dans la discussion publique entourant la visite du député Barakeh à Auschwitz, nous pouvons y voir un excellent exemple de comment nous pouvons, en pratique, autour d'une cause juste, isoler l'extrême-droite, à la fois dans l'opinion publique Israélienne et même à la Knesset, malgré sa composition politique problématique.



Le Bureau Politique du PCI souhaite au député Barakeh un bon voyage. Nous en appelons aux membres et aux sympathisants du Parti, aux membres et aux sympathisants du Hadash, pour qu'ils participent activement à la discussion autour de la question, et qu'ils y voient une occasion pour clarifier et renforcer nos positions de principe.



Site du Parti Communiste d'Israël: http://www.maki.org.il/



Retour à l'accueil