20080814SaakachviliinsideChasse aux sorcières en Géorgie : le Parlement adopte une loi de criminalisation de l'action des communistes et de « lustration » vis-à-vis des ex-fonctionnaires soviétiques


 

Communiqué du Parti communiste grec (KKE)

 

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/





Le KKE dénonce très fermement l'adoption le 31 mai dernier par le Parlement géorgien de l'anti-communiste « Charte de la liberté » au nom de la « sécurité nationale et du développement démocratique du pays pour faire face aux idéologies communistes et nazies ».



Cette loi exige le fichage et la persécution de masse contre toute personne qui a été membre ou cadre du Parti communiste de Géorgie et des Komsomol, qui sera soumise à des interdictions en matière d'emplois. Elle prévoit des dispositions pour l'interdiction des « symboles des Bolchéviques et des symboles Soviétiques », tandis que seront changés les noms des villes, villages, routes, qui continuent à avoir des noms hérités de l'ère Soviétique et que la voie sera ouverte pour de nouvelles ouvertures contre l'activité des communistes en Géorgie.



Il s'agit d'une nouvelle escalade provocatrice dans la campagne anti-communiste en Europe qui a été lancée par l'UE, le « Conseil de l'Europe » et les gouvernements bourgeois avec le soutien et le consentement des forces politiques libérales, social-démocrates et opportunistes. Elle exprime la peur du capital vis-à-vis du socialisme et du communisme qui constituent la seule issue pour les peuples.



Les communistes Grecs expriment leur solidarité sans réserves avec le Parti communiste unifié de Géorgie, qui lutte dans des conditions difficiles contre un « anti-communisme de l'âge de pierre ».

Retour à l'accueil