Guennadi-ZiouganovDéclaration officielle de Guennadi Ziouganov, candidat présidentiel du PC Russe

« Notre réussite, c'est que la population s'est emparée des propositions des communistes »



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Cf notre article sur le bon résultat du candidat communiste russe aux présidentielles et les fraudes massives constatées : Présidentielles en Russie : le candidat du Parti communiste, plus que jamais leader de l'opposition au régime des oligarques avec 17% des voix, dénonce des fraudes massives



Les élections présidentielles russes sont terminées. Nous avons décidé de participer à ce scrutin tout en sachant très bien qu'il ne serait ni libre ni juste. Notre principal objectif était de présenter à la population notre programme de réhabilitation du pays, d’offrir un nouveau cap et la formation d'un Gouvernement de salut national.



La campagne électorale nous a donné l'occasion d'identifier collectivement les « points sensibles » qui minent notre quotidien et les façons d'y remédier. Hélas, le dialogue n'a pas eu lieu. Nous ne pouvons pas reconnaître ces élections comme légitimes ; tout comme nous ne pouvons pas les considérer démocratiques et justes. La clique au pouvoir a esquivé la discussion de fond, tout comme elle n'est pas allée au bout de la libre mise en débat des programmes des candidats. En dépit de sa supériorité écrasante dans le champ médiatique, M.Poutine n'a pas participé aux débats, a disparu derrière ses « documents d'orientation générale », plein de bonnes intentions. Pour ce qui est de la discussion sur les questions sensibles, nos dirigeants se sont cachés derrière les participants aux rassemblements pro-gouvernementaux. Les gens ont subi un énorme bourrage de crâne. Des gens ont eu peur de la menace brandie d'un mal épouvantable que causerait la victoire d'un candidat de l’opposition.



On a volé cette élection aux Russes. Afin de faire sortir le résultat souhaité, la « verticale du pouvoir » a jeté dans la bataille l'intégralité de son arsenal de fraude et de manipulation. Des instructions ont été données aux fonctionnaires sur les « résultats » électoraux attendus. Des « agents des forces de l'ordre » ont fermé les yeux sur les violations de la loi. Ils n'ont pas empêché la diffusion de publications anonymes calomnieux. Des plaintes déposés devant plusieurs commissariats de police ont été refusées sous divers prétextes. La composition de la commission électorale est restée inchangée. Son président, Vladimir Churov, est resté en place. Les projets de loi du KPRF sur la "réforme" du système électoral n'ont pas été acceptés par la Douma. En lieu et place d'élections libres, a été proposée aux citoyens l'installation de caméras de surveillance. Le jour de l'élection, le comble du cynisme a été atteint avec l'expulsion de certains bureaux de vote non seulement d'observateurs du KPRF, mais aussi dans certaines régions, de membres de la Commission électorale.



Les raisons de tels agissements sont claires. La majorité de la population n'accepte pas le cap économique et politique actuel. Les autorités le savent, et font donc le maximum pour faire en sorte que la voix du peuple ne puisse percer le mur de la manipulation électorale.



Les résultats électoraux ne reflètent pas la véritable volonté des masses. Un énorme système de fraude électorale a été mis en place en Russie, qui implique des centaines de milliers de membres des commissions électorales. Ajoutez juste à cela le personnel des administrations locales et régionales, les chefs d'entreprises et d'institutions publiques qui ont fait pression sur les électeurs, et cela devient un système global de fraude, dans lequel, bon gré mal gré, des millions de personnes sont impliqués. On a littéralement forcé la main au peuple, en lui demandant de voter pour Poutine sous la menace des licenciements, des baisses de salaires, de représailles envers leurs proches et d'autres sanctions encore. C'est ainsi que la "victoire de Chourov" et du régime actuel a été obtenue.



Pourtant, lors de la dernière élection, la Russie a profondément changé. Le KPRF et ses alliés ont proposé à la population leur programme, qui a été au coeur de la campagne électorale, en souvelant les vrais problèmes. Nous avons proposé la nationalisation des ressources naturelles, le contrôle étatique du secteur financier, une nouvelle politique sociale, la transition vers un impôt progressif. Sur toutes ces questions et sur bien d'autres encore, les citoyens se sont emparés de nos propositions.



Nos idées et suggestions sont devenues désormais la propriété commune de l'ensemble de la société. Les germes d'une nouvelle politique ont été semés. Les graines de la création, de la justice, du progrès vont certainement gemer. C'est le plus grand succès de notre campagne.



Les résultats finaux de l'élection sont encore en cours de comptabilisation. Cependant, l'exigence populaire est claire: la Russie demande un changement! Le défi qui se pose aux citoyens est soit de forcer le pouvoir à répondre aux besoins de la société, soit de céder la place à ceux qui sont prêts à de faire oeuvre de créativité et de travailler dur à la tête de l'Etat. La population a déjà montré tout son dynamisme, il est possible et nécessaire d'intensifier la pression sur les autorités.



Les travailleurs Russes, les retraités et la jeunesse comprennent désormais mieux où sont les intérêts. En s'appuyant sur la majorité de la population, le KPRF et ses alliés feront le maximum pour arracher le pays aux chaînes des mafieux et des criminels. Dans ces efforts, nous avons besoin du soutien de nos sympathisants, et exprimons notre profonde gratitude envers tous ceux qui ce 4 mars ont fait le choix de voter pour une nouvelle Russie. Nous sommes extrêmement reconnaissants envers ces dizainees de milliers d'observateurs et de membres de commissions électorales, qui ont tout fait pour créer les conditions pour des élections libres dans le pays.



Nous allons continuer sans répit à nous battre pour un changement de politique sociale et économique. Pour mettre en oeuvre ces changements, nous souhaitons que les citoyens aient le droit de s'exprimer par la voie référendaire. Nous allons proposer des sanctions plus dures pour fraude électorale, et continuerons à insister sur la parité partisane dans la composition des commissions électorales. Le KPRF portera ses propositions à tous les niveaux, lors des prochaines échéances électorales locales. Les forces patriotiques et de gauche pousseront les masses à défendre tous ensemble leurs droits et leurs intérêts.



Aujourd'hui, la Russie se trouve devant un dilemme encore plus aigu: soit la voie sans issue du déclin colonial et de la disparition; soit la voie du travail créatif, de l'amitié entre les peuples et de la justice sociale. Pour le KPRF, le choix de la majorité des citoyens est évident. Le peuple Russe veut voir son pays fort et prospère. Moins nombreux sont ceux qui doutent de la nécessité du changement. La majorité de la population veut plus que jamais le changement, et une minorité de voleurs en a peur et tente d'y faire obstacle.



Je suis convaincu qu'en intensifiant nos efforts, nous seront en mesure de changer nos vies et de les rendre meilleures!

Retour à l'accueil