u-legionDévoiler les responsabilités occidentales dans le démantèlement de la Yougoslavie

 


Le conflit qui aurait pu être évité


 

par Marcus Papadopoulos, pour le Morning Star (quotidien du PC de Grande-Bretagne) du 2 décembre


 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


 

Le procès de Radovan Karadzic à La Haye, qui a été interrompu par le refus de l'ancien leader Serbo-Bosniaque de se présenter au tribunal, risque d'être utilisé en Occident pour justifier la politique actuelle de l'OTAN, celle de « l'intervention humanitaire ».

 

A un moment où l'opération menée par l'OTAN en Afghanistan est de plus en plus impopulaire dans les pays qui ont engagé des troupes sur le théâtre militaire, les dignitaires Occidentaux ont tendance à propager la conception généralement acceptée – créée par les gouvernements occidentaux pour dissimuler les véritables raisons géo-politiques de leur engagement dans la guerre civile Yougoslave – que c'est l'intervention de l'OTAN qui a mis fin à la guerre de Bosnie ainsi qu'aux "politiques génocidaires" de Karadzic.

 

Cependant, comme le cas de l'Irak l'a démontré, l'Occident n'a aucun scrupule à fabriquer une histoire pour servir ses intérêts particuliers.



La guerre civile Yougoslave était un conflit qui aurait pu être évité si les gouvernements Américains, Allemands et d'autres pays européens n'avaient pas agi tels qu'ils ont agi, c'est-à-dire, selon Lord Peter Carrington, président de la conférence sur la Yougoslavie basée à Genève, « en s'assurant qu'il y aurait bien un conflit » dans la région.



Après l'effondrement du Bloc de l'Est en 1989, l'Allemagne voyait la République Fédérale Socialiste de Yougoslavie comme étant sur la voie de la restauration de l'économie de marché qu'était en train de suivre l'ensemble des Balkans et de l'Europe de l'Est.



Le gouvernement Allemand a encouragé les sentiments nationalistes et sécessionnistes au sein de la Yougoslavie multi-ethnique, principalement en Slovénie et en Croatie, avec l'aide des exilés Oustachis, les fascistes croates de l'époque de la Seconde guerre mondiale.



Il faut noter que le gouvernement Oustachi installé par les Nazis est responsable du génocide de centaines de milliers de Serbes, qui ont été exterminés au camp de concentration de Jasenovac.



La déclaration d'indépendance de la Croatie en 1991 sous la présidence de Franjo Tudjman, un négationniste, a été reconnue par l'Allemagne malgré les avertissements selon lesquels cela déboucherait sur une reprise des combats entre les Croates et la minorité Serbe de Croatie qui constituait 12% de la population totale du pays.



Cette guerre, évoquée par le médiateur de l'ONU Cyrus Vance, comme « la guerre de Genscher » – d'après le nom du ministre des Affaires Etrangères Hans-Dietrich Genscher qui a poussé pour la reconnaissance Allemande de l'indépendance Croate – a posé les bases de la guerre en Bosnie.



L'opinion dominante en Occident, c'est que la guerre de Bosnie a été déclenchée par les Serbes qui avaient l'intention de réaliser une « Grande Serbie ».



Les gouvernements occidentaux, aidés par les journalistes ignorants de l'histoire complexe de la Yougoslavie et par les entreprises de relations publiques, ont diabolisé les Serbes et ont ainsi contribué à étouffer le débat sur les autres causes possibles de la guerre Bosniaque.



Comme Lewis McKenzie, ancien général de la force de protection de l'ONU en ex-Yougoslavie et commandant du secteur de Sarajevo, l'a déclaré: « Ceux d'entre nous qui ont servi comme commandants de l'ONU en Bosnie ont réalisé que la majorité des rapports faits par les médias étaient pour le moins biaisés. Chaque fois que nous avons essayé de rétablir les faits, nous avons été – et nous continuons à être – accusés d'être des 'agents serbes' ».



La communauté Serbe de Bosnie, qui constituait un tiers de la population de la région au début de 1992, s'est établie sur ces terres dès le VIIème siècle.



Des expériences amères d'occupation étrangère, en particulier Ottomane et nazie, ont façonné la conscience nationale des Serbes Bosniaques.



La population serbe de Bosnie a subi d'importantes pertes démographiques pendant la seconde guerre mondiale en conséquence du massacre de masse et de l'expulsion de son peuple par les forces Allemandes et les forces Bosniaques musulmanes. Ces derniéres étaient menées par la 13ème division des Volontaires de la Waffen-SS (Handschar), et par les Jeunes Musulmans, une organisation Islamiste.



Les souvenirs de la seconde guerre mondiale sont restés gravés dans les esprits du peuple Serbo-Bosniaque et de ses leaders, menant au déclenchement de la guerre en Bosnie en 1992.



Suite à l'élection présidentielle Bosniaque en Novembre 1990, qui a débouché sur l'arrivée au pouvoir de Alija Izetbegovic, les tensions en Bosnie entre les trois principaux groupes ethniques ont augmenté.



Le président Izetbegovic a commencé à visiter les pays Musulmans, comme l'Iran et l'Arabie Saoudite, et a agi comme s'il avait un mandat de la part de tous les groupes ethniques une fois revenu au pays.



Mais il y avait une logique derrière l'attitude de Izbetgovic. Il est incontestable qu'il était un Islamiste, qu'il avait été membre des Jeunes Musulmans et qu'il avait publié un livre intitulé la Déclaration Islamique dans laquelle il avait appelé à une « révolution politique » en Bosnie: « Notre objectif est l'Islamisation des Musulmans (…) Il ne peut y avoir aucune paix ni coexistence entre la 'religion Islamique' et les insistitutions politiques et sociales non-Islamiques »



Les Etats-Unis en sont rapidement parvenus à voir que la perspective d'une Bosnie indépendante permettrait à la puissance Américaine d'en tirer des bénéfices géo-politiques.



Soutenir la naissance de ce pays permettrait à Washington de contrer toute influence Russe future dans la région – la Russie étant une alliée historique des Serbes.



Quand le président Izetbegovic a déclaré unilatéralement l'indépendance de la Bosnie en mars 1992, avec des garanties préalables des Etats-Unis et le soutien de l'ambassadeur Américain à Belgrade Warren Zimmerman, les dirigeants Serbes Bosniques ont déclaré l'indépendance de la République Serbe de Bosnie-Herzégovine avec Radovan Karadzic élu à sa tête.



Il convient de garder à l'esprit qu'à la fin de l'année 1991, les Serbo-Bosniaques ont voté massivement, dans un référendum, pour maintenir la Yougoslavie.



La décision de Karadzic était la seule option qui restait pour défendre le territoire Serbe, vieux de plusieurs siècles.



Loin d'être de la responsabilité des Serbo-Bonsiaques, la guerre qui a ravagé la Bosnie était en premier lieu de la responsabilité des Etats-Unis, ces derniers ayant encouragé et ensuite reconnu l'indépendance de la Bosnie, et deuxièmement, de la responsabilité d'Izetbegovic, qui savait que la guerre suivrait la déclaration d'indépendance Bosniaque.



Comme le leader Bosniaque l'a dit en 1991: « Je sacrifierais la paix pour une Bosnie-Herzégovine indépendante, mais pour cette paix en Bosnie-Herzégovinde, je ne sacrifierais pas notre souveraineté »



L'implication de l'Occident dans le démantèlement de la Yougoslavie ne sera jamais l'objet d'un procès dans un tribunal financé par les Etats-Unis.



En effet, le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie est tout simplement un appendice de Washington et de l'OTAN, qui existe seulement pour punir quiconque fait obstacle aux objectifs géopolitiques Occidentaux.



Site du Morning Star: http://www.morningstaronline.co.uk/



Explication de l'affiche: Une affiche datant de 1943 faisant la promotion de l'enrôlement pour la Légion Noire composée d'Oustachis SS. Cette affiche est destinée tant aux Croates qu'aux Bosniaques, d'où le titre: « Aux croates de Bosnie-Herzégovine! ». Sous l'alliance du drapeau à damier croate et du sigle de la SS, le soldat croate et le soldat bosniaque piétine le drapeau communiste et déclare fidélité: « aux grands leaders Adolf Hitler et Ante Pavelic qui vous appelent à défendre votre terre. Rejoignez les unités volontaires de la SS croate ».

Retour à l'accueil