pcb-copie-1.jpgMettons en échec la conspiration réactionnaire et l’aventurisme gauchiste

 

Corrigeons, défendons et approfondissons le processus de transformation

 

Communiqué du Parti communiste de Bolivie

 

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Face au conflit social en cours, la Commission politique du Parti communiste de Bolivie croit nécessaire d’effectuer certaines mises au point indispensables, afin de trouver une issue qui préserve tant les intérêts du processus de Transformation que ceux des travailleurs rassemblés dans la Centrale ouvrière bolivienne, intérêts qui ne sont pas contradictoires :

 

 

1 – Nous partons du fait que le processus de Transformation ne s’oppose qu’aux desseins de l’oligarchie, à ses représentants politique de droite et d’extrême-droite et à l’impérialisme yankee. Certaines défaillances voire erreurs qui ont pu être commises ne le privent pas de sa légitimité et de la nécessité de le poursuivre et de l’approfondir.

 

 

2..- Le processus de Transformation n’appartient à personne en particulier. Il est le résultat d’une longue accumulation de la lutte du peuple bolivien et pour cette raison il doit être défendu comme un travail collectif en particulier des travailleurs des champs et des villes avec les partis de gauche. Toutes ces forces, par leur convergence, sont parvenues à vaincre le néo-libéralisme et à ouvrir la possibilité d’une nouvelle voie de développement souverain pour la construction d’un nouvel ordre social. La COB reste guidée dans sa lutte par les Thèses socialistes de 1969 et auxquelles elle n’a renoncé en aucunes circonstances.

 

 

3 – Il est possible de trouver des solutions rapides à partir de l’adoption d’une attitude flexible par les acteurs en lutte. Le gouvernement de l’Etat pluri-national doit assumer, surtout dans ses plus hautes sphères, une attitude de plus grande ouverture au dialogue.

 

 

4 -  De leur côté, les secteurs syndicaux doivent mettre fin à l’infiltration d’éléments téléguidés par la droite qui, avec un langage pseudo-révolutionnaire, en réalité servent les desseins sinistres de l’impérialiste. Avant tout, il faut nous soustraire aux tentatives d’opposer les travailleurs entre eux. Le succès du processus de transformation s’enracine surtout dans l’alliance ouvrière-paysanne.

 

 

5 – Il est nécessaire que le gouvernement prenne en compte le fait qu’il existe des besoins non-satisfaits des classes populaires et cherche des moyens de parvenir à les satisfaire. A leur tour, les travailleurs ne doivent pas se laisser avoir par la propagande de désinformation qui invente des objectifs ou des mesures qui soi-disant remettraient en cause les intérêts légitimes du peuple. Pour cette raison même, il est nécessaire de s’informer sans préjugés pour agir avec objectivité.

 

 

6 – La vigilance révolutionnaire, propre aux travailleurs, doit rester sourde aux chants des sirènes de la droite et à la démagogie sociale du fascisme. Ces éléments agissent de concert avec les services de l’impérialisme qui soutiennent des activités qui n’opèrent pas seulement en Bolivie, mais dans tous ces pays ayant des gouvernements démocratiques et progressistes ou engagés dans des processus de Transformation, quelque soit leur ampleur, mais qui sont tous également hostiles à l’impérialisme. Il faut dénoncer particulièrement l’infiltration d’éléments provocateurs qui attisent la violence.

 

 

7 – Comme parti qui revendique sa condition de parti du prolétariat et son incarnation des intérêts du moment et historiques des classes révolutionnaires, nous appelons les acteurs en conflit à se mettre à travailler avec générosité, esprit de correction, et honnêteté pour parvenir aux solutions les plus adéquates.

Retour à l'accueil