huelgamineros.jpegLa Fédération syndicale mondiale (FSM) soutient la lutte des mineurs en Espagne et dénonce la répression exercée contre eux


 

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/





La Fédération syndicale mondiale (FSM) apporte tout son soutien aux mineurs et à la lutte et à la grève qui, depuis près de deux mois, touche les bassins miniers d’Espagne.



La baisse de plus de 60% des aides aux mines de charbon que prévoit le gouvernement ultra-conservateur du Parti populaire, contraste avec les 100 milliards d’euros qui furent concédés aux banques et au grand capital par le même Etat sans la moindre contrepartie.



Ces coupes mettent en péril 8 000 emplois directs dans les mines et près de 30 000 postes indirects, et condamnerait rapidement le secteur des mines de charbon à disparaître.



Ces mesures du gouvernement du PP, articulés à toutes les autres mesures anti-sociales et anti-ouvrières qu’a adopté le même gouvernement (privatisations, dérégulation totale des conventions collectives, suppression des primes extraordinaires pour les fonctionnaires, diminution des prestations sociales et des allocations-chômage, etc.), frappent les travailleurs d’Espagne, et ont comme seul objectif de leur faire payer les conséquences de la crise capitaliste actuelle, dont les banques et le grand capital sont à l’origine. Ils veulent prendre l’argent des poches des travailleurs pour remplir les coffres des banques; c’est quelque chose que les travailleurs et les travailleuses ne doivent pas admettre.



Dans ce contexte, la lutte des mineurs est un exemple pour tous les travailleurs d’Espagne et d’Europe, puisque les mêmes politiques de casse sociale sont désormais mises en œuvre dans toute l’Union européenne (UE).


 

C’est pour cela que le gouvernement ultra-conservateur a répondu par une répression politique sauvage contre les mineurs, tant hier à Madrid (où il y eut de nombreuses personnes arrêtées et une dizaine de blessés, parmi eux une petite fille), que les jours précédents dans les bassins miniers.



La Fédération syndicale mondiale dénonce cette répression, se solidarise avec les blessés et les personnes incarcérées, demande que ces dernières soient libérées, et exige que les commanditaires policiers et les responsables politiques de cette répression soient démis de leurs fonctions.



Par ailleurs, la Fédération syndicale mondiale (FSM) réaffirme sa solidarité et son soutien aux mineurs en lutte et à leurs revendications, et nous lançons un appel aux travailleurs d’Espagne et de toute l’Europe pour que s’exprime un mouvement de soutien à leur lutte juste et à leurs revendications.



Vive la lutte des mineurs ! Non à la répression de la classe ouvrière !

Retour à l'accueil