gegen_ksm_verbot.jpgLe gouvernement anti-communiste tchèque lance une nouvelle procédure légale pour tenter d'interdire ou de suspendre les activités du Parti communiste de Bohême-Moravie (KSCM)


Communiqué du Parti communiste du Bohême-Moravie (KSCM)



Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Le mercredi 20 juillet 2011, le gouvernement de République Tchèque a examiné les documents soumis par le ministre de l'Intérieur Jan Kubice, ce qui devait être le point de départ pour de nouvelles mesures Gouvernementales conduisant à l'interdiction ou à la suspension de l'activité du Parti communiste de Bohême-Moravie (KSCM). L'analyse présentée confirme ce que le KSCM a toujours affirmé dans le passé, à savoir que le KSCM a opéré depuis 20 ans dans le cadre de l'État de droit et conformément à son code judiciaire. Les experts du ministère de l'Intérieur qui ont préparé l'analyse ont statué que le Gouvernement ne devait pas proposer d'interdire le KSCM ; il ne recommandait pas de soumettre la proposition à la Cour administrative suprême, puisqu'au vu des preuves disponibles, une étude juridique démontre qu'il y a peu de chances que le KSCM puisse être interdit. L'analyse s'est basée sur les décisions préalables de la Cour suprême.



Le gouvernement mené par le premier ministre Petr Necas, n'a pas partagé les conclusions du rapport. Plusieurs représentants de la coalition gouvernementale ont réagi avec agacement en apprenant l'avis négatif issu de l'analyse ; ils ont déclaré que l'analyse n'est pas un document officiel, seulement une note de plus apportée au débat et doit être étayée par des documents des Services de sécurité et de renseignement. Le député de la Coalition Stanislav Polcak a déclaré aux médias que la question n'était pas d'interdire le KSCM, mais de suspendre ses activités jusqu'à ce qu'il renonce à son nom de « Communiste ». Il confirme ainsi l'objectif du gouvernement qui est de paralyser le KSCM ; la suspension de ses activités causerait de sérieuses difficultés financières car le paiement des subventions de l’État pour couvrir les coûts électoraux et des montants relatifs aux mandats d'élus serait suspendu. Les députés ne perdraient pas leurs sièges, mais l'activité du KSCM dans son ensemble se retrouverait sérieusement menacée.



Comme prochaine étape, le gouvernement a encore une fois demandé au Ministère de l'Intérieur de concevoir une nouvelle proposition avec comme objectif bien précis de suspendre les activités du KSCM. Le gouvernement offre ainsi à nouveau la preuve de sa nature non-démocratique, de son incapacité à résoudre les problèmes de notre société et sa peur du mouvement de sympathie publique croissant pour l'opposition, et en particulier pour le KSCM. La hausse des préférences de vote pour l'opposition de gauche provoque la panique dans ses rangs à mesure qu'approchent les élections de 2012. Le KSCM, sa direction et ses adhérents, ne se laisseront pas intimider par le gouvernement.



La position non-démocratique du gouvernement contre le KSCM tranche nettement de sa politique bienveillante vis-à-vis de l'activité grandissante de plusieurs organisations d'extrême-droite et nationalistes au sein de la République.



Logo KSCM na vysku 410x307Le KSCM se prépare actuellement intensivement pour le démarrage de sa campagne d'automne, interne au Parti, qui culminera en mai 2012 sur la tenue du 8ème Congrès du KSCM. Dans le même temps, le KSCM, avec les partis de gauche et orientés vers le social, les associations de citoyens et les syndicats, redouble d'efforts pour briser le blocus médiatique et informer en toute honnêteté le public sur la situation réelle et l'impact des réformes que le Gouvernement a commencé à mettre en œuvre aura sur les citoyens de notre État. Par accord mutuel, ces partenaires ont formé une association informelle appelée « L'alliance du travail et de la solidarité ».



Chers camarades, chers amis,


nous remercions tous ceux d'entre vous qui ont envoyé au Parti communiste de Bohême-Moravie des messages de soutien et de solidarité. Nous apprécions sincèrement ce soutien et le faisons connaître au grand public, à la fois par notre quotidien de gauche Halo Novinyet à chaque réunion et apparition de représentants du KSCM.

 

Légende de l'affiche: carte de solidarité avec les Jeunesses communistes tchèques (KSM) interdites en 2007

Retour à l'accueil