barakeh auschwitzLe gouvernement israélien poursuit le député communiste Mohammed Barakeh, accusé d'avoir rendu hommage aux victimes d'Auschwitz au nom de l'Autorité palestinienne

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Le Ministre des Affaires étrangères israélien a déposé une plainte officielle contre le président du Hadash (Parti communiste d’Israël/Front démocratique pour la paix et l'égalité) et député communiste Mohammad Barakeh mardi, invoquant le fait qu'il « s'est rendu en visite officielle en Pologne au nom de l'Autorité palestinienne ».

 

Dans la plainte, il est affirmé que Barakeh a réalisé deux voyages au nom de l'Autorité palestinienne, violant ainsi le règlement de la Knesset. Les voyages remontent à 2010. Selon la plainte, en janvier 2010 Barakeh a participé à une mission officielle Israélienne à Auschwitz, un ensemble de camps de concentration et d'extermination Nazis construits et exploités par le Troisième Reich dans les territoires occupés Polonais annexés par l'Allemagne nazie. Selon le Ministre des affaires étrangères, « à un moment de la visite de la délégation en Pologne, il a retrouvé plusieurs responsables de l'Autorité palestinienne qui visitaient également le pays ».

 

L'organisation d'extrême-droite « Le forum juridique pour la terre d’Israël » avait déposé une plainte contre le président du Hadash auprès de la Commission de l'éthique de la Knesset, demandant une enquête sur cette affaire. Dans un communiqué, le député communiste Barakeh a déclaré : « Le fait que le Ministre des affaires étrangères poursuive les rivaux politiques de Lieberman est quelque chose de très grave. Le contrôleur d’État et le procureur général devraient lancer une enquête sur la conduite anormale de ce ministère ».

 

« Je représente une plate-forme de paix et de justice sociale sur la base de laquelle j'ai été élu – et non le gouvernement, »a-t-il ajouté. « Quand j'accepte une invitation officielle, je coordonne mon voyage avec la Commission d'éthique. Je ne suis aucunement obligé de le faire lorsqu'il s'agit de voyages privés – ceux-ci sont à mes propres frais. C'était le cas lors des rencontres que j'ai pu avoir en Pologne, y compris avec des représentants du Ministre des affaires étrangères Polonais ».

Retour à l'accueil