KKE.jpgRépondre aux nouvelles mesures anti-populaires par la grève générale



Communiqué du Parti communiste grec (KKE)



Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Le gouvernement de coalition ND-PASOK-Gauche démocratique prendra de nouvelles mesures de casse sociale s'élevant au minimum à 13,6 milliards d'euros. Ce sont des mesures, comme celles sur le soi-disant « salaire minimum » par lesquelles ils videront de leur contenu les Conventions collectives nationales, tout ce qu'elles garantissent (grille des salaires, vacances, avantages et autres droits sociaux). Ils ont annoncé entre autres des baisses des salaires et des retraites dans le privé comme dans le public, la remise en cause d'avantages sociaux, le licenciement de 150 000 fonctionnaires, de nouvelles privatisations, la fermeture et la fusion d'hôpitaux, de nouvelles coupes encore plus drastiques dans la santé, l'éducation et la sécurité sociale, la hausse de l'impôt sur le revenu et l'imposition même des plus petites propriétés, des zones industrielles spéciales qui accorderont des aides scandaleuses au grand capital sous des conditions de travail moyenâgeuses et sans la moindre garantie, ainsi qu'une hausse importante du gaz et de l'électricité.



Ces mesures que le gouvernement de coalition et la troïka se préparent à « servir » au peuple ne nous mèneront qu'à la généralisation de la pauvreté, et à la ruine d'un nombre encore plus important de ménages issus des couches populaires.



La secrétaire-générale du Comité central du KKE, Aleka Papariga, a rendu la déclaration suivante le 28 août concernant les nouvelles mesures du gouvernement et de l'UE :



« Un grand nombre de mesures tombent sur le dos de notre peuple, pour lui retirer le peu qu'il lui reste. Bien entendu qu'il peut y avoir de petites variantes dans les formules de gestion du système. Mais on ne doit pas attendre que l'une ou l'autre de ces options l'emporte, de savoir dans quelle poche on ira prendre l'argent et comment on va gérer la situation. Ce qui compte, c'est que le peuple affronte ces mesures par une grève générale, et par l'intensification des luttes entre les grandes journées de grève. Chaque secteur doit lutter pour ses propres revendications et, dans le même temps, soutenir les mobilisations générales. Il n'est pas possible pour nous d'entendre qu'une nouvelle série de mesures aurait des effets tragiques et dans le même rester chez soi et se plaindre de façon fataliste et désabusée. Cela ne ferait que faciliter la tâche du gouvernement ».



C'est un appel du même type qui a été rendu public par le Front militant des travailleurs (PAME) tandis que les forces sur des positions de classe au sein de la GSEE ont émis une proposition de grève générale nationale qui insistait notamment sur le fait que « toute discussion avec le gouvernement et le patronat, qui ont comme but fondamental de casser l'ensemble des droits des travailleurs, doit cesser. Pas de dialogue social ! Pas de participation à ce dialogue, qui ne mène qu'à la soumission, à la compromission et à la capitulation de tout ce qu'il pouvait nous rester de droits du travail. Il contribue à faire passer ces mesures anti-ouvrières et anti-populaires. Le comité exécutif du GSEE n'a aucune légitimation formelle ou réelle pour participer à ce dialogue ».



Le 28 août, une réunion commune des secrétariats du PAME, PASEVE, PASY, MAS et OGE à Salonique a discuté de la préparation de la manifestation qui se tiendra à Salonique le 8 septembre. Les trois piliers fixés par le PAME comme cadre de la mobilisation sont :



  • Résistance aux nouvelles mesures du gouvernement, les mettre en échec par la mobilisation de masse ;



  • Organisation de la classe ouvrière et des couches populaires à partir de la base, renforcer les alliances sociales comme seule issue à la crise capitaliste dans les intérêts du peuple, dans la perspective d'une autre voie de développement ;



  • Soutien massif à la proposition d'abrogation des mémorandums et des accords d'emprunt ;

Retour à l'accueil