82 años PCP 144dpiLe Parti communiste paraguayen reste fidèle à son engagement révolutionnaire et décide donc de retirer son « soutien critique » au président Fernando Lugo


 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/




Le plénum du Comité central (CC), réuni les 18 et 19 décembre, a pris certaines décisions concernant la situation nationale, le processus de changements et le Gouvernement, à savoir:



1 – Le Parti communiste paraguayen (PCP), en janvier 2008 comme membre de l'Alliance patriotique socialiste, en vue des élections d'avril 2008, a signé un accord avec le candidat Fernando Lugo, sur trois points programmatiques: l'approfondissement démocratique; la souveraineté nationale avec l'accent mis sur la question énergétique; et la Réforme Agraire intégrale avec participation populaire. Sur la base de cet accord, on a décidé d'apporter un soutien critique à Lugo, en appelant à voter pour lui.



2 – Dès premiers jours du Gouvernement jusqu'à ces derniers temps, le PCP a défendu le processus de changement contre les attaques de la droite putschiste et les déviations surgies au sein même du Pouvoir exécutif, en assumant toute la responsabilité d'une collaboration à la gestion gouvernementale, en participant à l'élaboration de nombreux documents qui ont été présentés au président Lugo et à une grande quantité de réunions avec lui-même.



3 – Notre parti juge positivement le triomphe du 20 avril 2008, qui a provoqué un déblocage de la scène politique, l'ouverture de possibilités de changements démocratiques, patriotiques et populaires, et l'émergence de nouvelles figures liées au mouvement populaire progressiste et de gauche. Il apprécie également les avancées quant à la participation des couches populaires dans les espaces de discussion gouvernementaux, différentes mesures qui ont été prises quant à la santé publique, les progrès effectués dans la re-négociation d'Itaipú [NdT: Deuxième plus grande centrale hydro-électrique au monde co-gérée par l'Argentine, le Paraguay et le Brésil, mais profitant de fait essentiellement aux monopoles brésiliens. Le président Lugo a obtenu en 2009 une renégociation des termes plus équitable avec le Brésil] ainsi que pour la couverture sociale des familles en situation de pauvreté extrême tout comme des enfants et adolescents vivant dans la rue.



4 – Fin 2009, le CC a mis en garde contre l'existence de signes clairs de restauration conservatrice au sein du Gouvernement, identifiant le fait que cette restauration pourrait prendre une coloration répressive-terroriste, si on prête attention à l'offensive et à la pénétration de l'impérialisme nord-américain au sein du Ministère de l'Intérieur, du Bureau du procureur général, du Pouvoir judiciaire et du Ministère des Affaires étrangères entre autres, des interventions en visage découvert ou de façon plus secrète via l'USAID, le Plan Umbral [NdT: Programme de l'USAID permettant sa pénétration dans l'Administration au nom de la lutte contre la corruption et la mauvaise gestion étatique] et l'Ambassade nord-américaine.



5 – Dans le même sens, en juin 2010, le CC du PCP a publié un document dans lequel il évoque le renforcement des tendances droitières dans le gouvernement de Lugo et par conséquent la nécessité de relativiser notre soutien et d'accentuer nos critiques, en insistant sur le fait d'adopter une attitude militante et de faire des propositions pour travailler à la ré-orientation de la politique du Gouvernement.



6 – Malheureusement, en dépit de nos tentatives, lors des nombreuses réunions que nous avons eu avec le Président Lugo, nous ne sommes pas parvenus à influer en vue d'un changement de cap et d'une reprise du programme de changements convenu en avril 2008. Ce n'est pas seulement cela, le gouvernement a continué et continue à mener une politique de droite, dont les débuts se trouvent dans l'accord signé en septembre 2008 avec le président narco-terroriste colombien d'alors Alvaro Uribe; avec la mise en œuvre du Plan Umbral des yankees; avec les grandes répressions contre le mouvement populaire; avec la présentation au Congrès de la Loi anti-terroriste; avec une politique sociale conservatrice et démobilisatrice; avec une politique étrangère de capitulation; avec une politique économique inchangée et concentrant les richesses; avec un mépris énorme pour les peuples originaires et avec un discours et une pratique qui ne placent pas comme priorité la reprise en main des terres et des biens mal acquis. Parmi ces actions erronées, on trouve la destitution du Ministre de la Défense, le Général Luis Bareiro Spaini, dont l'attitude intransigeante dans la défense de la souveraineté nationale contre l'intervention éhontée de l'ambassadrice nord-américaine Liliana Ayalde, fut et est fondamentalement juste et patriotique.



7 – Nous pouvons résumer le tout en disant que le Président Lugo a préféré la gestion aux sommets, même si c'est en mettant de côté l'éthique et la justice, en pactant avec l'oviedisme [NdT: le Général Oviedo, tenta un coup d'Etat en 1996, il est condamné en 1998 à dix ans de prison et rate la présidentielle 1998 qui lui était promise en tant que candidat Colorado (parti conservateur). A fondé son propre parti depuis 2008. Personnage autoritaire bien que très populaire] fasciste et avec toute la droite qui, dans sa pratique, se montre totalement indifférent aux grandes injustices que subit notre peuple dans l'accès à la terre, à la nourriture, à la santé, à l'éducation et au travail. En ce cens, Lugo a cédé face aux pressions d'une droite criminelle et traîtresse à la patrie qui domine le Congrès, dont le rôle est déterminant puisque la Constitution Nationale de 1992 lui accorde de super-pouvoirs.



8 – Parmi les grandes capitulations anti-nationales et anti-populaires du gouvernement, ces derniers temps, nous pouvons mentionner: le projet de privatisation des routes, fleuves et aéroports que le Pouvoir exécutif a envoyé au Congrès et qui a été adopté, pour ensuite aller plus loin et envoyer le projet spécifique de privatisation des aéroports (y compris l'aéroport de Mcal Estigarribia, militaire). A cela, nous pouvons ajouter que le Pouvoir exécutif lui-même a agi en faveur de l'installation de la trans-nationale d'aluminium Rio Tinto Alcan, qui en plus de créer très peu d'emplois, est grandement polluante, puisqu'elle consomme autant d'énergie que toute l'industrie nationale réunie et sollicite en plus de l'État une vente à prix de revient de l'énergie qu'elle utilise. Si il se concrétisait, cet accord serait une nouvelle violation de notre souveraineté, beaucoup plus importante que celle d'Itaipú. Sur ce point, nous tenons à souligner que l'initiative pour l'installation de la trans-nationale d'aluminium reste liée à la politique de domination impérialiste pour le pillage de nos ressources naturelles, si on prend en compte qu'est prouvée l'existence de milliers de tonnes d'or à Paso Jobai, tout comme de Titane (dans le Ybytyrusu) et d'Uranium (à Caazapa) dans d'autres régions de notre pays.



9 – Donc, si on fait un bilan du Gouvernement, nous pouvons clairement démontrer qu'il existe plus de mesures allant contre les intérêts de notre peuple, et que celles qui sont en faveur ne sont qu'une poignée, de façon qu'en cohérence avec la défense du processus de changements, qui, nous le disons à notre tour sera porté avec Lugo, sans Lugo et même contre Lugo, le PCP décide de retirer son soutien critique au Président de la République.



10 – Nous précisons que notre engagement à défendre le processus de changements est inconditionnel et que nous n'hésiterons pas un seul instant à défendre le Gouvernement constitutionnel contre un possible coup d'Etat de la droite soutenu par les yankees. De la même façon, nous continuons à identifier la droite, défenseur de l'oligarchie mafieuse ainsi que pantin de l'impérialisme yankee, par conséquent comme notre principal ennemi, et nous nous battrons sur tous les terrains contre la politique de pillage, d'exploitation, d'exclusion et de mort qu'elle mènerait. Nous pensons à des terrains tels que le Congrès national, le Bureau du procureur général, le Pouvoir judiciaire, la Vice-présidence de la République, les directions politiques des partis traditionnels et à l'intérieur de divers ministères du Pouvoir exécutif. Dans tous ces lieux, nous serons présents, mobilisés et organisés, avec des propositions concrètes de changement démocratique et populaire.



11 – Enfin, nous appelons toutes les organisations politiques du camp populaire, les mouvements sociaux et le peuple en général, à la lutte au cours de l'année 2011 avec des mobilisations et des débats permanents pour la construction de la démocratie et du pouvoir populaire, dans une confrontation saine avec un Gouvernement qui donne des signes allant dans le sens contraire des changements promis, tout en apportant notre collaboration à toute mesure démocratique et patriotique qu'adoptera le gouvernement, qui, entendons-nous bien, sera conséquence de la pression et de la mobilisation populaire. Nous serons nombreux à continuer à défendre le processus de changements à partir d'une perspective patriotique et révolutionnaire.

 


Pour la défense inconditionnelle du processus de changements!



Pour l'unité et la construction du pouvoir populaire!



Pour une année 2011 de mobilisation et de lutte!



Pour un bi-centenaire patriotique et populaire, anti-impérialiste, pour conquérir notre seconde et complète indépendance!

Retour à l'accueil