Europe-unie-contre-bolchevisme.jpgLe PC Grec (KKE) s'insurge contre la résolution honteuse du Conseil de l'UE « sur la mémoire des crimes commis par les régimes totalitaires en Europe » basée sur l'équation communisme=fascisme

 

 

Déclaration de la délégation du KKE au Parlement européen sur la décision/conclusion honteuse du Conseil de l'UE du 9 et 10 juin 2001 « sur la mémoire des crimes commis par les régimes totalitaires en Europe

 

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



La délégation du Parti communiste grec (KKE) au Parlement européen dénonce auprès de la classe ouvrière et des classes ouvrières la décision/conclusion du 9 et 10 juin du Conseil des Ministres de la Justice et des Affaires intérieures « sur la mémoire des crimes commis par les régimes totalitaires en Europe ». Cette décision/conclusion a réalisé le consensus parmi les gouvernements bourgeois, chez le gouvernement PASOK également, et confirme que l'anti-communisme marche main dans la main avec les mesures anti-populaires brutales lancées contre le peuple.



Cette décision relève de l'hystérie anti-communiste, s'insère dans la campagne anti-communiste, qui est menée par l'UE et les gouvernements bourgeois, sociaux-démocrates et conservateurs. Avec cette décision, le Conseil de l'UE prend des mesures pratiques et va bien au-delà de la falsification grossière et de la ré-écriture de l'histoire, de l'équation anti-historique fascisme/communisme, et de la calomnie contre les acquis sociaux dans les pays socialistes. Dans le même temps, le capital, l'UE ainsi que les gouvernements et partis bourgeois agitent les dilemmes terroristes des dettes et déficits publics des Etats-membres, broient les vies et les droits de la classe ouvrière et des couches populaires, font pression sur le coût du travail pour qu'il atteigne un niveau historiquement bas, augmentent la profitabilité des monopoles. Ils affectent des fonds importants pour irriguer le peuple avec ce poison anti-communiste, en particulier la jeune génération et les nouvelles générations de la classe ouvrière.



  • Elle invite les Etats-membres « à réfléchir à la manière de célébrer » la « Journée européenne de la commémoration des victimes des régimes totalitaires (le 23 août) » ;

 

 

  • « Elle encourage (…) les initiatives en matière d'information et d'éducation du public en ce qui concerne le passé totalitaire de l'Europe, ainsi qu'à mener des projets de recherche » ;

 

  • « Elle se félicite que la Commission ait l'intention d'utiliser des programmes financiers (...) afin d'aider les parties intéressées à soutenir et promouvoir ces initiatives et projets » ;

 

  • Elle « invite la Commission à participer aux programmes financiers (…) des établissements scolaires et d'enseignement supérieur ainsi qu'à (…) encourager la participation des pays du Partenariat oriental et en Russie à des initiatives et projets communs financés par ces programmes » ;

 

  • Elle « encourage la Commission à continuer d'examiner et de promouvoir les possibilités de mettre en place des projets ou des bourses de recherche sur la question des régimes totalitaires (…) ainsi que des enquêtes Baromètre » ;

 

  • Elle « invite toutes les parties intéressées (…) à créer une plateforme de la mémoire et de la conscience européennes »

 

  • Elle « invite la Commission à réfléchir à des activités et mesures concrètes qui pourraient être menées, entre autres, aux niveaux culturel, éducatif et commémoratif en vue de faire œuvre de sensibilisation concernant les crimes commis par les régimes totalitaires » ;

 

  • Elle étudie les « conditions d'application d'un instrument juridique supplémentaire » ;

 

 

 

L'UE crée les conditions pratiques, et le cadre politique correspondant, du déclenchement d'un processus d'interdictions, de persécutions et de mesures répressives prises par les gouvernements bourgeois contre l'idéologie communiste et les Partis communistes marxistes-léninistes qui ont conservé leur identité révolutionnaire, comme cela se produit actuellement dans une série d'Etats-membres de l'UE, avec toujours plus d'intensité et de force. Voilà les valeurs de l'UE et de la démocratie bourgeoise-dictature des monopoles.



Le mouvement ouvrier tire les leçons de sa propre histoire, il sait que l'attaque contre les communistes est pour la bourgeoisie un préalable à l'attaque contre le mouvement de classe, contre chaque droit et acquis populaires.



Les travailleurs, forts de leur expérience, broieront la main du capital et de ses serviteurs politiques qui luttent contre les communistes. Ils inverseront le rapport de force au détriment des partis du capital, renforceront le Parti communiste. Ils renforceront l'alliance politico-sociale, la lutte pour l’Économie et le Pouvoir populaires.

Retour à l'accueil