pceLe PCE revendique la nationalisation de l'électricité, en tant que secteur stratégique



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 


Secrétariat de la communication du PCE – 16 mars 2010



La privatisation de l'électricité a conduit à remplir les poches des actionnaires plutôt qu'à l'investissement et à l'amélioration du réseau de distribution.



Devant la situation de pénurie d'approvisionnement électrique dont a souffert et souffre encore la Catalogne après les tombées de neige d'il y a quelques semaines, le Parti Communiste d'Espagne estime que c'est un effet pervers de la politique de privatisations du PSOE-PP et que les citoyens doivent prendre note des mensonges néo-libéraux sur la nature positive de la privatisation des services et encore plus quand il s'agit d'un secteur stratégique comme l'électricité. « Pour toutes ces raisons, le PCE revendique la nationalisation du secteur électrique, comme un secteur stratégique pour les citoyens et l'économie de ce pays », a déclaré José Luis Centella, secrétaire-général du Parti Communiste d'Espagne.



L'Espagne dispose d'une capacité de production qui est le double de ce que le pays est capable de demander, même aux heures de pointe. Les centrales électriques de la péninsule concentrent 90 000 mégawatts (MW) de puissance, tandis que la consommation instantanée d'électricité n'a jamais dépassé le chiffre record de 45 450 megawatts (MW) enregistré le 17 décembre 2007. A cet égard, le PCE trouve très instructif le communiqué officiel rendu par Red Eléctrica Española (1) (REE) ce jour-ci, puisque il en ressort que le système électrique espagnol pourrait facilement satisfaire une demande historique.



La REE même affirme dans ses rapports que la qualité du service et la sécurité de l'approvisionnement du système électrique espagnol est élevée, pleinement satisfaisante, bien que la puissance installée n'ait jamais été opérationnelle ou disponible à 100%, que ce soit par manque d'eau et de vent qui font fonctionner les barrages et les parcs éoliens ou pour des raisons d'entretien et d'avaries ponctuelles dont peuvent souffrir les centrales thermiques alimentées à l'uranium, au charbon et au gaz naturel. Alors, pourquoi ces pannes d'électricité ont-elles eu lieu en Catalogne? C'est la question que pose le Secrétaire à l'Economie du PCE, Javier Navascues. Ce n'est pas par manque de puissance électrique, ou parce que l'on a pas construit la célèbre ligne à Très Haute Tension, mais à cause d'une gestion défaillante du réseau, par manque d'entretien et par manque d'investissement de la part d'Endesa.



Voilà la réalité pour le responsable communiste. Selon un rapport publié par Melania Mur Sangrá, professeur de l'Université de Saragosse, en 2005, après sa privatisation, les investissements réalisés par Endesa avaient chuté (en pourcentage de la valeur de leurs installations) de 5%, tandis que l'efficacité [sans rentrer dans les détails, il semblerait que l'universitaire espgnole calcule grosso modo l'efficacité comme le volume total des ventes divisé par le nombre d'employés – NdT] avait baissé de 12%. Maintenant, eh oui, le dividende versé aux actionnaires a augmenté de près de 20%. « En effet, la privatisation améliore la gestion des entreprises, mais pour ses actionnaires » a déclaré Navascues et il a poursuivi: voilà la réalité derrière toutes les manœuvres de Gas Natural, EON, ACCIONA et finalement l'ENEL. Qu'est-ce que l'ENEL? C'est l'entreprise électrique italienne PUBLIQUE (2). C'est elle qui tire profit de la situation. Voilà à quoi nous a mené le processus de privatisation.



  1. (1) En Espagne, exploitation, transport et distribution de l'électricité sont séparées depuis 1984. L'ancienne entreprise publique était Endesa, responsable de l'exploitation et de la distribution, bien qu'elle ait été privatisé depuis 1988, et que son monopole ait été démantelé. Aujourd'hui, le système de distribution est partagé entre plusieurs opérateurs dont l'allemand EON, l'italien ENEL et plusieurs entreprises privées espagnoles. Red Electrica de Espana, responsable du transport de l'électricité depuis 1985 est une SA ouverte au privé dès sa création en 1985. A noter que ce processus de privatisation/démantèlement du service public de l'électricité est l'oeuvre du gouvernemnt socialiste de Felipe Gonzalez.

     

  2. (2) Difficile de considérer encore ENEL comme une entreprise publique. Certes, l'Etat est encore le premier actionnaire mais il n'est même plus majoritaire (31% des actions). Outre la fin de son monopole dès le début des années 1990, la libéralisation du marché intérieur de l'électricité et l'ouverture du capital en 1999, ENEL est spécialisé dans les OPA agressives comme en Espagne sur Endesa ou récemment en France sur GDF. Qui a transformé l'ENEL en une Société anonyme? Le socialiste Amato en 1992. Qui a procédé à une ouverture massive du capital en 1999, considérée à juste titre à l'époque comme un processus de privatisation? Le communiste rénégat devenu social-démocrate d'Alema avec le décret Bersani, porté par l'actuel leader du Parti Démocrate. Sans commentaire.

Retour à l'accueil