CABECERA.pngLes communistes de Salamanque présenteront une liste alternative à celle d’Izquierda Unida pour les prochaines municipales contre les consignes de la direction nationale du PCE


 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


 

La tension monte d’un cran entre les communistes dans les fédérations, désireux de récupérer l’intégralité des compétences de leur parti et donc de se présenter aux prochaines élections locales en tant que PCE, et la direction nationale du PCE, engagée de plus en plus clairement dans le projet de « refondation d’Izquierda Unida ».


 

La direction nationale du PCE manie la carotte et le bâton face aux communistes désireux de faire vivre leur Parti


 

En effet, la direction nationale du PCE a émis un nouveau communiqué le 9 mars pour réaffirmer, dans la lignée de la décision du Comité fédéral du 6 février (cf La direction du PCE fait le choix d'Izquierda Unida en interdisant les listes communistes aux prochaines élections locales contre la décision souveraine des adhérents dans les fédés), que « le projet politique et électoral du PCE est Izquierda Unida ainsi que cela a été ratifié à une écrasante majorité à son dernier Congrès. Il n’est donc pas possible que le PCE, ses organisations et militants soutiennent ou promeuvent des candidatures à la marge d’Izquierda Unida ».

 

Visés en premier lieu les communistes des Asturies pour lesquels la direction nationale offre tantôt la carotte tantôt le bâton.

 

La carotte bien amère de la réintégration, impossible dans les faits, dans Izquierda Unida, devant qui les communistes Asturiens devraient faire acte de pénitence alors qu’ils furent exclus par la direction même d’Izquierda Xunida !


 

Le bâton des mesures disciplinaires qui, d’après le texte, concernerait dans un premier temps plusieurs sections à l’avant-garde de la ligne défendant des candidatures communistes (Norena, Siero) plutôt que l’intégralité de la fédération, à laquelle la direction nationale demande, en semant la division de manière pernicieuse, de faire le ménage dans sa propre fédération.


 

Mais la colère gronde dans les fédérations où la rupture entre le Parti communiste et Izquierda Unida est consommée. Outre les Asturies, c’est également le cas en Extrémadure.


 

Nous évoquions le 2 mars dernier l’anti-communisme de la direction fédérale d’Izquierda Unida qui, en dépit des appels du pied des directions nationales du PCE et d’IU, confirmaient l’exclusion des communistes de cette formation (cf En Extrémadure , la direction d’Izquierda Unida confirme l’exclusion des communistes qui envisagent la formation d’une liste autonome pour les élections locales). Nous disions alors que les communistes d’Extrémadure envisageaient de présenter des listes hors d’IU


 

Les communistes de Salamanque se présenteront contre la liste d’Izquierda Unida, et contre le consensus dominant PSOE-PP


 

Les communistes de Salamanque, la section la plus importante de la fédération, ont annoncé désormais qu’ils comptaient passer des paroles aux actes, même si ils  ne se présenteront pas sous le sigle du PCE mais sous l’étiquette « La gauche de Salamanque », pour des raisons tant liées aux pressions de la direction nationale appuyées sur les statuts qu’à la nature locale du scrutin.

 

L’objectif de la liste est bien de représenter une réelle alternative au consensus dominant, loin des calculs politiciens d’une IU, soutien indéfectible du PSOE et de sa politique social-libérale:

 

« Le Parti communiste de Salamanque (PCE) par conséquent, considère que « La Gauche de Salamanque » peut être une alternative sérieuse à l’insipide bipartisme qui existe dans notre ville, qui contraint les citoyens à choisir entre les politiques conservatrices du Parti populaire et les politiques de casse des droits des travailleurs que met actuellement en œuvre le PSOE ».

 

La liste sera menée par Abel Sanchez, avocat travaillant pour le syndicat des Commissions ouvrières, ancien conseiller municipal de 1991 à 1999 et dirigeant local historique du PCE. Elle sera impulsée essentiellement par l’organisation et les militants du PCE mais ouverte à tout un ensemble d’associations et de citoyens se reconnaissant dans le projet alternatif porté par les communistes.

 

La direction nationale du PCE n’a pas pour l’instant réagi à la décision de la section de Salamanque dont il est n’est pas encore sûr qu’elle sera même soutenue par la fédération d’Extrémadure.

 

Au vu du dernier communiqué officiel du PCE, le conflit semble désormais ouvert entre une direction enferrée dans un projet Izquierda Unida en pleine décrépitude et des communistes dans les fédérations décidés à reconquérir leur souveraineté et à animer et à renforcer le Parti communiste dans les luttes surtout mais aussi à travers les moments électoraux !

Retour à l'accueil