JCPLes efforts du Parti communiste japonais dans la critique du lobby nucléaire et la solidarité avec les sinistrés récompensés par une progression significative aux élections locales de Fukushima

 

Article d'Akahata, quotidien du Parti communiste japonais

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.overPM-blog.net/

 

Lors des élections locales à Fukushima, qui se sont tenues le 20 novembre dernier, le Parti communiste japonais a gagné deux sièges, passant de 3 à 5, et devenant le troisième parti dans l'assemblée, derrière les Partis libéral-démocrate et démocrate.

 

L'élection qui devait se tenir en avril avait été reportée à cause du séisme du 11 mars et de l'accident nucléaire qui s'en est suivi. Les six candidats du PCJ ont été élus lors des élections locales qui se sont tenues le même jour dans les villes de Fukushima Soma, Okuma, Hirono, Kawamata, et Shinchi.

 

Lors de la campagne, les 7 candidats présentés par le PCJ, dont un indépendant soutenu par le parti, ont proposé la décontamination radioactive, et des compensations pour les dégâts nucléaires causés, à la charge de la Tokyo Electric Power Co. (TEPCO), le groupe responsable de la centrale nucléaire hors service de Fukushima, ainsi que des autres entreprises privées qui tirent d'énormes profits de l'industrie nucléaire.

 

Ils ont également exprimé une opposition ferme à l'entrée du Japon dans le Partenariat trans-pacifique (TPP), un traité de commerce entre multi-nationales qui a de grandes chances de faire plus de mal que bien dans les efforts de reconstruction après la catastrophe. La plate-forme du PCJ a séduit un grand nombre de personnes, y compris d'anciens abstentionnistes ou électeurs de droite, nombre d'entre eux ayant même participé activement à la campagne électorale du parti.

 

Depuis la catastrophe du 11 mars, le PCJ a mesuré les niveaux de radiation à de nombreux endroits de la région de Fukushima, créé des cartes sur la base de ces résultats et les a distribué aux riverains. Il a aussi mené des délégations auprès des autorités municipales, locales et nationales, les appelant à assumer la responsabilité des mesures de radiation et de l'élimination de la contamination radioactive.

 

Sur les 2 millions d'habitants que compte Fukushima, près de 150 000 sont toujours sans domicile et survivent dans des logements précaires.

 

Les résultats électoraux des autres partis sont les suivants : le Parti libéral-démocrate a obtenu 27 sièges (+ 1), le Parti démocrate 16 (- 1), le Parti Komei 3 (=), le Parti social-démocrate 1 (- 1), « Votre parti » 1 (+ 1).

 

 

 

* * *

 

Lors d'une conférence de presse tenue le 21 novembre, le secrétaire du PCJ Ichida Tadayoshi a déclaré que de nombreux habitants de Fukushima ont apprécié les efforts du PCJ dans la critique du « mythe de la sécurité » de la production d'énergie nucléaire et dans la revendication de mesures préventives à prendre afin d'éviter un accident grave touchant les installations nucléaires, et ce bien avant que cet accident inévitable ne se produise.

 

A propos de la progression du parti lors de ces élections locales, dans les trois préfectures sinistrées (de 1 à 2 sièges à Iwate, de 2 à 4 à Miyagi et de 3 à 5 à Fukushima), Ichida a dit que les trois rôles importants qu'y joue le PCJ en s'attaquant de front à la question de l'après-catastrophe ont été très largement reconnus par les électeurs :

 

  • Le premier est que les militants du PCJ aux quatre coins du pays se sont dévoués pour venir en aide aux sinistrés et ont œuvré à la reconstruction des régions sinistrées ;

 

  • Le second, c'est la pression mise sur les autorités locales et nationales afin qu'elles se chargent du retour à la vie normale pour les victimes, afin de résoudre des problèmes tels que ceux des « double prêts » [NdT : ce dit pour les sinistrés déjà endettés contraint de contracter un nouveau prêt pour les travaux de réparation et reconstruction], et d'étendre l'aide financière afin de retrouver des conditions de vie décentes. Le PCJ s'est opposé à la mise en place d'une « zone spéciale de pêche » et d'autres projets concevant la reconstruction dans les intérêts des grands groupes ;

 

  • Troisièmement, le PCJ a exhorté le gouvernement central et la TEPCO à assumer la responsabilité financière du lancement d'un processus de grande envergure de décontamination et à accorder des compensations intégrales pour les dégâts nucléaires causés. Le parti a également proposé que le Japon envisage une société sans centre nucléaire et développant rapidement des sources d'énergie alternative ;

 

Aux élections locales à la préfecture de Miyagi, le 13 novembre, les deux candidats du PCJ ont gagné des sièges lors de l'élection locale dans la ville d'Onagawa Town qui compte sur son territoire une centrale nucléaire. Le parti a également gagné un siège à l'assemblée préfectorale, dans une circonscription électorale recoupant la ville d'Onagawa, une première. A propos des résultats, Ichida a déclaré : « Les actions et politiques du PCJ sur les questions d'énergie nucléaire ont trouvé un écho chez de nombreux électeurs ».

Retour à l'accueil