sionistaMisère des liquidateurs du communisme italien (suite) : Nichi Vendola, ancien secrétaire-général liquidateur de Refondation communiste, fait l'apologie de l’État d’Israël

 

 

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Depuis plusieurs mois, le président de la région des Pouilles Nichi Vendola est le chouchou des médias italiens, le modèle d'une « Nouvelle gauche » post-communiste, à la fois ouverte sur les questions sociétales et sur l'alliance inconditionnelle avec le Parti démocrate (PD). Placé dans les primaires pour la Présidence du Conseil, il pourrait même être le prochain tête de file de la 'gauche' italienne aux prochaines législatives.



Nous n'aurions que faire des positions du secrétaire de la formation Gauche, écologie et libertés(SEL) si pendant près de vingt ans il n'avait pas été le bras droit de Fausto Bertinotti à la tête du Parti de la refondation communiste (PRC), et dans l'entreprise européenne du Parti de la gauche européenne (PGE), et n'avait pas été le fer de lance de divers projets liquidateurs dont le dernier en date fut la Gauche arc-en-cielqui a laissé le communisme italien au bord du gouffre (3% en 2008, minimum historique et exclusion du Parlement).



Les communistes italiens sont aujourd'hui atterrés de découvrir jusqu'où peut mener l'opportunisme de celui qui fut pendant près de deux décennies le dirigeant supposé incarner la refondation du communisme en Italie et qui en fut, en réalité, son fossoyeur.



Nous connaissions le Vendola admirateur de José Luis Zapatero et de Jean-Paul II. Nous connaissions le Vendola prêt à toutes les compromissions avec le PD pour conserver sa place de président de région. Nous avons fait dernièrement connaissance avec le Vendola justifiant ouvertement la guerre de l'OTAN en Libye, et avec celui proposant une « grande alliance » allant jusqu'à solliciter le leader néo-fasciste Gianfranco Fini (cf:Misère des liquidateurs du communisme italien: l'ex secrétaire-général de Refondation communiste Nichi Vendola propose une grande coalition avec le PD.. et les néo-fascistes de Fini!)

.



Nous faisons désormais mieux connaissance avec le Vendola apologiste du sionisme et justificateur des crimes d’État commis envers le crime palestinien.



Tirant profit du Festival de la culture hébraïque, qui se déroulait dans les Pouilles, Nichi Vendola n'a pas hésité à transformer la manifestation en Festival d’Israël, avec la réception de l'Ambassadeur d'Israel Ghideon Meir et la construction d'un amalgame douteux entre hébraïsme et sionisme, que nombre d'associations pacifistes juives récusent intégralement :



« Avec le Festival de la culture hébraïque, nous avons semé, car cet événement contenait en soi l'idée que les rapports économiques, commerciaux, institutionnels doivent être insérés dans un contexte de connaissance des cultures, des coutumes et d'amitié entre les peuples. »



Le reste des déclarations de Nichi Vendola, édifiant, se passeraient presque de commentaires :



« Israëlest un pays qui a fait des événements extraordinaires depuis sa naissance, sur l'innovation. Israël est un pays qui a transformé des régions désertiques en lieux productifs et en jardins, un Pays qui affronte la question mondiale de la gestion de l'eau, de l'énergie, des déchets avec des méthodes d'avant-garde. »



De telles déclarations sont autant d'insultes jetées au visage du peuple palestinien, victime des brutalités de l'occupation Israélienne et de la captation des ressources minérales, énergétiques et surtout hydriques appartenant au peuple Palestinien.



De telles déclarations sont une insulte à la lutte palestinienne pour son droit à l'auto-détermination, à la justice et à la dignité.



La revue communiste l'Ernestoa déjà manifesté son indignation envers de tels propos et relayé les communiqués de diverses associations pro-palestiniennes mais aussi de pacifistes italiens d'origine juive révoltés par les propos du leader de Gauche, écologie et libertés.



Pour nous, communistes italiens ou français, qu'un tel dirigeant opportuniste ait pu être pendant près de vingt ans, un des dirigeants de premier plan censés incarner la reconstruction du Parti communiste italien après sa liquidation en 1991, est non seulement une aberration mais aussi un avertissement.



Les liquidateurs du communisme n'ont rien à faire à la tête des Partis communistes ! Aux communistes de se réapproprier leur parti !

Retour à l'accueil