giovanicomunistisimboloLa guerre a commencé: mobilisation générale des jeunes communistes italiens

 

Déclaration de Simone Oggionni, secrétaire des Jeunes communistes (GC) italiens, le 20 mars


 

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


 

La guerre a commencé. Nous le savions, nous l’avions prévu dans une large mesure, en mettant en garde contre la rapide détérioration d’un cadre qui, hélas, ne laissait que peu de place à l’équivoque et à l’imagination.

 

 

Désormais, nous sommes en guerre. Des avions français et américains ont entamé les bombardements et feront de même, d’ici peu, les avions qui partent des bases situées sur le sol italien. C’est le jour de la colère et de la honte. Colère de ne pas être en mesure d’arrêter la barbarie. Honte de faire partie d’un système de pouvoir (économique, politique, militaire) qui depuis des siècles ne fait rien d’autre que tuer tout ce qui ne se conforme pas à ses diktats. Mais ce doit être aussi le jour de la réaction de masse et populaire à la guerre néo-coloniale contre la Libye.

 

 

Et ce doit l’être à partir de nous, de notre parti, de la Fédération de la gauche et, en particulier, des Jeunes communistes.

 

 

Dès demain matin, tous nos organisations locales doivent se sentir investies du devoir d’organiser des initiatives de contre-information, des réunions de solidarité, des piquets, des sit-in, des assemblées. Du devoir de prendre en main le mouvement contre la guerre et de le faire sortir de la torpeur qui a déjà fait tant de dégâts. Chaque mobilisation, chaque initiative que nous réussirons à mettre en place sera positive, importante et fondamentale.

 

 

Dans les prochains jours, nous organiserons également des moments nationaux. Assurément, nous serons devant les bases de Trapani et de Sigonella. Nous organiserons dans les prochaines heures des manifestations, si possible permanentes.

 

 

Ce que je vous demande, c’est de nous coordonner ensemble, de travailler étroitement entre nous, de ne pas disperser les énergies et de les porter toutes dans la même direction.

 

 

Pour cela, il est fondamental de tenir la barre de la ligne politique définie ces jours-ci, sans ambiguïté ni hésitations.

 

 

Nous n’avons aucune sympathie pour le régime despotique de Kadaffi (qui, ce n’est pas un hasard, a tissé avec nombre de puissances néo-coloniales ces dernières années des rapports de collaboration, avec profits à la clé, à commencer par l’Italie). Les révoltes et la répression de ces dernières semaines nous font mal, elles sollicitent notre conscience. Mais l’offensive militaire de cette nuit définit clairement notre échelle des priorités. Aujourd’hui, la priorité est de s’opposer à la guerre, de réaffirmer le principe de non-ingérence, le droit à l’auto-détermination des peuples et à leur souveraineté.

 

 


Préparons-nous à la démultiplication exponentielle des mensonges de la propagande, qui parlera encore plus que ces dernières semaines d’ « intervention humanitaire » pour défendre le peuple des crimes du dictateur. Ce qui intéresse les États-Unis, l’Union européenne, les Etats colonialistes, ce n’est pas le peuple Libyen. Les intéressent seulement son pétrole, son gaz naturel et la position stratégique du territoire libyen.

 

 

Cher(e)s camarades, la guerre impérialiste contre la Libye a commencé. Démontrons dans notre pays combien peut être grande la solidarité internationaliste des communistes.

Retour à l'accueil