israelfirenew295Pour les communistes israéliens, par sa gestion désastreuse des incendies et son recours éculé au bouc-émissaire, « la droite Israélienne joue avec le feu »



Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Voici la lettre d'un militant du Parti communiste et du Hadash, le professeur de sociologie Avishai Ehrlich, publiée par le Parti communiste d'Israël comme élément porté à la réflexion dans le cadre de l'analyse critique de la gestion par le gouvernement de droite Israélien des récents incendies de forêt qui ont ravagé le pays et causé la mort de plusieurs dizaines de personnes



Je suis à Tel-Aviv – à 70 km des feux, je ne vois même pas le nuage de fumée qui surplombe la région de Haifa alors qu'il se dirige vers la mer et pourrait avoir atteint Chypre avant qu'il ne parvienne jusqu'à moi. Les images que je vois derrière mon téléviseur sont, toutefois, très tristes. On peut voir des dizaines de milliers de personnes évacuées de leurs domiciles et le plus magnifique éco-système d'Israël, les forêts du mont Carmel, détruit pour au moins 50 à 60 ans. Il est également tragique que plus de quarante cadets de la police, venus apporter leur aide, aient trouvé la mort alors que leurs bus se sont trouvés piégés par les flammes.



Ce qui est ahurissant, c'est que pour un pays qui se prépare à la guerre et à des attaques de missiles (qui peuvent également provoquer de grands incendies) à tout moment, les gouvernements d'Israël ont, depuis de nombreuses années, négligé, en dépit d'avertissements répétés de la part des organismes publics de contrôle, les forces de lutte contre les incendies, en les maintenant dans un état de sous-effectif et de sous-équipement. L'absence de commandement autonome dans la lutte contre les incendies est seulement le résultat de la faible priorité accordée à ce secteur en termes d'allocations budgétaires! C'est la conséquence de la décision gouvernementale néo-libérale, calcul d'épicier, (incroyables dans une 'société en état de guerre permanente'!) de ne pas avoir une Autorité nationale de lutte contre les incendies ayant des fonds propres alloués et entretenue par le gouvernement central. En laissant les services de lutte anti-incendie être financés entièrement par les autorités locales, la plupart d'entre elles sont trop pauvres pour pouvoir entretenir leurs propres services de lutte anti-incendie grâce aux impôts locaux.



La demande monte désormais pour la constitution d'une commission d'enquête publique, sauf qu'en Israël, nous avons quantité de commissions d'enquête, celle sur le massacre de la flotille Mavi Marmara n'a même pas encore rendu ses conclusions! Tout le monde sait bien que les Commissions d'enquête sont un stratagème pour faire descendre la pression, pour apaiser la rage de l'opinion publique, pour laisser la colère s'estomper avec le temps. Elles tiennent ordinairement pour responsables des bouc-émissaires, des gens simples. Les véritables coupables, les ministres et le premier ministre, n'en paient jamais le prix. Il est moins important de trouver, une fois que le feu a déjà eu lieu, ce qui a mal tourné dans tel cas particulier, nous savons déjà que c'est la conséquence de négligences sur le long-terme. Le plus important désormais, tant que la question est encore brûlante, est de d'exiger que cela ne se reproduise plus! Le gouvernement ne doit pas se dérober; on doit le pousser à s'engager à mettre en place maintenant, et non dans un avenir lointain, une Autorité nationale de lutte contre les incendies réellement financée par l'État.



Je me souviens d'avoir lu alors que les feux encerclaient Athènes que les Grecs se sont également plaints du fait que les brigades de pompiers étaient sous-équipés. Désormais, les Grecs ont dans une certaine mesure amélioré leur dispositif et peuvent nous venir maintenant en aide. Peut-être que dans quelques années, à la suite de ces feux, nous serons capables de faire de même dans un pays-tiers! Ce qui est impressionnant par ailleurs, c'est que de l'aide est parvenue rapidement de Turquie, de Jordanie et d'Égypte. Même les Palestiniens nous ont envoyé deux camions de pompiers en solidarité. Chypre, la Grèce, la Russie, l'Italie, la France et les Etats-unis nous ont également aidé, bien sûr, mais ce sont des pays amis. Le premier ministre Benjamin Netanyahu a passé beaucoup de temps à parler à la télévision, afin que nous puissions le voir remercier les dirigeants des pays qui nous ont aidé, il a même remercié Erdogan! Pour lui, c'est une occasion de nous montrer que ses politiques contre la paix, fortement critiquées à l'étranger, des politiques qui ont fait d'Israël un paria, n'ont pas provoqué l'isolement d'Israël, qu'Israël a encore beaucoup d'amis quand il a besoin d'eux. Pour nous, cela devrait nous prouver que même nos adversaires politiques les plus résolus savent faire la différence entre des politiques menées par un gouvernement et la solidarité envers des personnes qui souffrent.



Politiquement, l'aspect le plus inquiétant à propos de ces feux est l'accusation de la police selon laquelle les feux ont été provoqués délibérément par des pyromanes. On pointe du doigt les citoyens Palestiniens d'Israël. Cela se produit au beau milieu de lois ethniques, anti-Arabes mises en œuvre par la coalition gouvernementale la plus droitière qu'est connu Israël depuis de nombreuses années. Un sondage, publié cette semaine, par l' « Institut Démocratie » a démontré qu'une majorité d'Israéliens soutient le nettoyage ethnique des Arabes en Israel. En cas de guerre, la majorité des Juifs soutient l'incarcération des Arabes israéliens dans des camps de détention, comme les Américains ont traité les Japonais pendant la seconde guerre mondiale. Une large majorité des Israéliens ne pense pas que les citoyens Arabes devraient prendre part aux grandes décisions prises, telles que les conditions de paix. La région du Carmel est habitée par des Juifs autant que par des Arabes, les villages Arabes sont tout autant détruits que les autres. Ces allégations sans aucun fondement sont elle-même des cocktails Molotov lancés par des pyromanes politiques sur un terrain déjà inflammable entre Arabes et Juifs en Israël.



La droite en Israël joue avec le feu!

Retour à l'accueil