UE-barbelésPrix nobel de la Paix accordé à l'Union européenne

 

Les communistes grecs, portugais, irlandais dénoncent un prix récompensant la guerre menée par l'UE contre leurs peuples

 

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

L'octroi ce 11 octobre du Prix nobel de la Paix à l'Union européenne apparaît aux yeux des communistes et des pacifistes, après le prix décerné en 2009 au président nord-américain Barack Obama, comme un comble de cynisme dans contexte actuel de guerre interne et externe menée par l'UE contre les peuples.

 

Le comité norvégien a justifié son choix par la contribution supposée de l'UE « au progrès de la réconciliation, de la paix, de la démocratie et des droits de l'Homme en Europe ».

 

Au moment où l'Union européenne est impliquée directement ou indirectement dans les manœuvres bellicistes en Libye, en Syrie, au Mali et vingt ans après le démantèlement de l'ex-Yougoslavie encouragé par l'UE et qui a ensanglanté toute une partie de l'Europe.

 

A l'heure où l'UE lance une offensive sans précédent contre les droits démocratiques et sociaux des peuples d'Europe, les partis communistes représentant les peuples les plus touchés par cette offensive ne cachent pas leur indignation.

 

Les communistes grecs dénoncent une « récompense » pour l'UE des guerres impérialistes et de la casse des droits sociaux

 

KKE.jpgLe Parti communiste grec (KKE) a tenu à réagir de façon laconique dans un communiqué de presse, au nom d'un des peuples les plus touchés par l'offensive barbare de l'UE et une dizaine d'années après une guerre européenne, encouragée par l'UE, aux frontières de la Grèce :

 

« Ce prix est une récompense pour les enfants morts et mutilés par les bombardements en Yougoslavie, les victimes de la guerre en Afghanistan, en Libye et dans d'autres guerres dans lesquelles l'UE a joué un rôle de premier ordre. C'est la récompense pour la casse impitoyable, orchestrée par l'UE, des droits de la classe ouvrière ».

 

Une « mauvaise blague » pour les communistes irlandais, récompensant une puissance coloniale et belliciste



CPILes communistes irlandais parlent d'une « mauvaise blague » de la part des élites européennes, poussant l' « absurde à un niveau inédit ».

 

Concernant les droits démocratiques, le PC Irlandais rappelle que « l'UE a déjà remplacé deux gouvernements démocratiquement élus en Grèce et en Italie et maintient une tutelle coloniale en Espagne, au Portugal, en Grèce, en Irlande et en Italie »

 

Il dénonce un Nobel de la paix accordé à une union qui « mène la guerre contre les pauvres au nom des grands monopoles », rappelant les millions de personnes poussées dans la misère et le chômage par les mesures d'austérité, avec son lot de « souffrances inimaginables » imposées aux travailleurs.

 

Concernant le rôle impérialiste de l'UE, les communistes irlandais soulignent le contre-poids joué historiquement par l'URSS, dont l'importance a été révélée par l'implication depuis sa dissolution de l'UE dans toutes les aventures impérialistes, en premier lieu « son intervention directe en Yougoslavie, faisant éclater toute une série de guerres civiles dans ce pays ».

 

Le Parti communiste d'Irlande conclut en qualifiant ce prix Nobel d'aussi peu crédible que celui accordé à Henry Kissinger en 1973, alors qu'il supervisait le « bombardement secret du Laos et du Cambodge et le coup d’État fasciste au Chili ».

 

Une « manipulation idéologique » pour les communistes portugais, face à une UE néo-libérale, militariste et fédéraliste

 

 

pcp3Pour le Parti communiste portugais (PCP), cette attribution du Nobel à l'UE porte un « coup irrémédiable à la crédibilité de ce prix ».

 

Le PCP s'attaque à une « décision inacceptable, d'autant plus hypocrite que l'Union européenne, pilier européen de l'OTAN, joue en ce moment un rôle important dans les opérations d'ingérence, de chantage et d'agression militaire au Moyen-Orient, notamment par les menaces d'agression contre la Syrie et d'autres pays souverains de la région ».

 

Il rappelle aussi l'opération de « blanchissement de l'histoire de l'Union européenne – marquée par sa militarisation et sa participation à certaines des principales guerres d'agression impérialiste dans les 20 dernières années – et d'une tentative éhontée d'effacer de la mémoire les millions d'êtres humains qui ont donné leur vie pour libérer l'Europe de la guerre et du joug du nazisme et du fascisme ».



Le PCP dénonce enfin une « manipulation idéologique » au moment où « l'Union européenne conduit une offensive brutale contre les droits sociaux, et des travailleurs, contre la souveraineté des États et la démocratie elle-même ». Les communistes portugais y voient une affirmation cynique de l' « approfondissement de la nature néo-libérale, militariste et fédéraliste de l'UE ».



Les pacifistes d'Europe choqués par le prix décerné à un bloc militariste, pilier européen de l'OTAN



Les pacifistes et progressistes d'Europe rejoignent les communistes dans la condamnation de l'attribution cynique de ce prix à l'Union européenne.



Le Conseil portugais pour la paix et la coopération (CPPC), qui fait partie de l'exécutif du Conseil mondial pour la paix, se permet de rappeler, entre autres, le « rôle de pilier européen de l'OTAN » conféré à l'UE depuis 1999.



Le CPPC rappelle que l'UE a ainsi collaboré tant avec les guerres d'agression menées par l'OTAN qu'avec des opérations secrètes comme les tristement célèbres « vols de la CIA ».

 

Chez les pacifistes britanniques, l'humour est de mise. Le Morning Star titre ainsi « EU've got to be kidding » (Vous devez plaisanter).



La responsable de la Coalition « Stop à la guerre », Lindsey German a ainsi révélé sa stupeur : « C'est une des plus grosses organisations militaires dans le monde. Elle est intervenue en Afghanistan et s'ingère dans les affaires du Moyen-Orient ».



Elle a souligné la suite de choix aberrants du Comité : « Il y a quatre ans, c'était quand même le président américain Barack Obama ».



Les responsables de la « Campagne contre le trafic d'armes » ont également exprimé leur surprise alors que « cinq des plus grands exportateurs d'armes sont des Etats européens », et que les pays acheteurs comprennent des tyrannies comme Bahrein ou l'Arabie saoudite.



Retour à l'accueil