Ex-Yugoslavia-Flag-256x256Déclaration commune des Partis Communistes et Ouvriers des Balkans

 

La rencontre des Partis Communistes et Ouvriers des Balkans s'est tenue le 19 décembre 2009 à Salonique, à l'initiative du Parti Communiste Grec (KKE). 9 partis communistes et ouvriers venant de 7 pays des Balkans, la Bulgarie, la Grèce, la Croatie, la Macédoine, la Roumanie, la Serbie et la Turquie ont participé à cette rencontre.

 

La rencontre a contribué à la consolidation des efforts pour le renforcement des actions communes et des relations entre les partis Communistes et Ouvriers des Balkans.

 

Au cours de la réunion, les participants ont échangé leurs points de vue sur la situation de la région, en particulier dans les conditions d'une crise économique capitaliste mondiale.

 

Ils en ont conclu que la véritable cause de la crise est l'intensification de la principale contradiction du capitalisme entre le caractère social de la production et l'appropriation privée des produits dûe au fait que les moyens de production sont propriété des capitalistes.

 

Par ailleurs, les partis ont discuté de leurs expériences de luttes contre l'impérialisme, pour la défense des droits et des acquis des travailleurs et du peuple, pour les droits des immigrés.

 

Les participants ont constaté que, plus de 20 ans après la victoire de la contre-révolution, de nombreux murs ont été érigés à la face des peuples. La seule liberté que la contre-révolution a apporté est celle de l'UE et de l'OTAN et de toutes les organisations à s'attaquer aux intérêts des travailleurs et des peuples à partir d'un rapport de forces plus favorable, à mener des guerres injustes, le trafic d'esclaves, à démanteler des Etats, à couvrir les forces répressives, à détruire l'environnement.

 

Les commémorations par les partis bourgeois et opportunistes de la soi-disant « victoire de la démocratie » dans les anciens pays socialistes sont hypocrites et sonnent faux

 

L'impérialisme international continue et intensifie sa campagne visant à falsifier l'histoire et à passer sous silence la grande contribution du socialisme. En même temps, les gouvernements et les partis bourgeois dans leur ensemble ont réalisé des efforts coordonnés et continuels pour présenter le capitalisme comme un système éternel, comme un système qui garantit démocratie et la liberté et satisfait également les besoins de la population.

 

L'UE renforce son appareil répressif et en crée de nouveaux, en instaurant une collaboration judiciaire et policière, et en attisant l'anti-communisme afin de frapper l'avant-garde du mouvement ouvrier, les partis communistes et les mouvements progressistes proches d'eux, pour affronter les protestations provoquées par sa politique d'intensification de l'exploitation en cassant les droits et les acquis des travailleurs des Etats membres.

 

L'accent a été mis sur le fait que l'expansion de l'organisation impérialiste de l'OTAN à de nouveaux pays dans les Balkans et dans l'ancienne URSS, l'apparition de nouvelles bases militaires et de troupes militaires étrangères dans la région des Balkans, l'établissement de protectorats avec la participation active de l'OTAN et des Etats-Unis, aussi bien que les tentatives des impérialistes (UE, Etats-Unis, OTAN) d'attiser les questions des minorités existantes ou non, constituent des facteurs de déstabilisation des Balkans, ils comportent des dangers pour la paix et ouvrent la voie à de nouvelles exacerbations des rivalités entre puissances impérialistes.

 

Les représentants des partis ont souligné la nécessité de renforcer de manière décisive du mouvement communiste et ouvrier dans la région et le renforcement de sa coordination. La nécessité de renforcer les forces sur des positions de classe au sein du mouvement ouvrier dans la région, et de contribuer à l'émergence d'un mouvement anti-impérialiste pluriel constitue également une question essentielle.

 

Les participants soutiendront les initiatives de lutte contre le nationalisme, contre la haine et la division entre les peuples, contre la mise en place d'Etats sous protectorat, contre l'exploitation capitaliste et la soumission de nos pays aux organisations impérialistes, l'OTAN et l'UE. Ils mettront en avant les luttes pour les intérêts de classe communs à tous les travailleurs des Balkans, la sortie des organisations impérialistes et de leurs projets, la revitalisation des idéaux socialistes et communistes dans les Balkans.

 

La détérioration des conditions de vie des travailleurs dans les Balkans, le renforcement des organisations impérialistes, les mesures de répression contre les communistes et le mouvement anti-impérialiste dans toute l'Europe rend plus que jamais nécessaire le renforcement des partis communistes et ouvriers, de leurs organisations et de la coordination de leur action dans le mouvement anti-impérialiste, anti-OTAN et dans le mouvement ouvrier et syndical.

 

Au cours de cette réunion, les participants ont exprimé leur volonté de renforcer et de multiplier les initiatives communes, la coordination et l'action conjointe ainsi que les actions anti-impérialistes des Partis Communistes, c'est-à-dire:

 

  • à développer et à multiplier les initiatives de solidarité avec les luttes des travailleurs, et les luttes anti-impérialistes dans la région des Balkans

 

  • à améliorer leur action pour le renforcement et le développement du mouvement anti-impérialiste et pacifiste et le foyer anti-OTAN dans les Balkans pour:

 

  • à renforcer encore plus la lutte contre la présence militaire impérialiste dans les Balkans, contre les bases militaires et les troupes étrangères, contre la soi-disant Brigade des Balkans et la participation de forces militaires issues des Balkans dans des missions militaires de l'OTAN et de l'UE contre d'autres pays comme l'Afghanistan et l'Irak, ainsi que d'autres pays dans le Golfe Persique.

 

  • À retirer toutes les troupes de chaque pays des Balkans engagées à l'étranger

 

  • à ne pas se confomer aux obligations découlant de la participation à l'OTAN et à l'UE, et de l'engagement de notre pays directement ou indirectement.

 

  • À exprimer notre solidarité avec le peuple Cubain et à intensifier notre lutte pour la libération des cinq patriotes Cubains emprisonnés aux Etats-Unis.

 

  • À lutter contre l'engagement de nos pays dans les nouvelles guerres impérialistes au Caucase et les menaces qui pèsent sur les peuples d'Iran, de Syrie et sur d'autres peuples également.

 

 

Les Partis Communistes et Ouvriers ont réaffirmé leur volonté de coopérer sur une base bi-latérale et multi-latérale afin de parvenir à une coordination et à une action efficace concernant les objectifs mentionnés ci-dessus. Ils ont également exprimé leur intention de travailler pour que la coordination de ces partis prenne une forme plus stable et permanente.

 

Participants:

 

Parti Communiste d'Albanie


Parti Communiste de Bulgarie


Parti des Communistes Bulgares


Parti Socialiste des Travailleurs de Croatie


Parti Communiste de Macédoine


Parti Communiste de Roumanie


Parti Communiste de Grèce


Parti Communiste de Turquie


Parti du Travail de Turquie (EMEP)

Retour à l'accueil