kpp-copie-1Victoire pour les communistes polonais qui obtiennent la levée de l'interdiction des symboles communistes mais qui restent vigilants face à l'offensive anti-communiste européenne

 

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Depuis la restauration du capitalisme en Europe de l'Est, l'offensive anti-communiste est constante, sous l'égide de l'Union européenne.



Depuis quelques années, devant la désillusion croissante des peuples vis-à-vis du système capitaliste et leur nostalgie diffuse envers les anciens régimes socialistes, la répression est montée d'un cran : interdiction de la JC Tchèque et du PC Hongrois en 2007, plus récemment des menaces d'interdiction de plus en plus sérieuses contre le PC Tchèque (cf Le gouvernement anti-communiste tchèque lance une nouvelle procédure légale pour tenter d'interdire ou de suspendre les activités du Parti communiste de Bohême-Moravie (KSCM)) et un procès politique contre le dirigeant communiste lituanien Algirdas Paleckis (cf Le leader du Front populaire socialiste de Lituanie Algirdas Paleckis accusé de défendre les ‘crimes de l’URSS’ choisit la contre-attaque à son procès : « La vérité est de notre côté » ).



C'est dans le cadre de cette offensive régionale voire continentale que s'inscrit la décision du président polonais réactionnaire Lech Kasczynski, en décembre 2009, d'interdire les symboles communistes (cf Sur l'interdiction des symboles communistes en Pologne).



L'article amendé 256 du Code Pénal prévoyait une peine allant jusqu'à deux ans de prison pour quiconque « dans un but de propagande, produit, importe, achète, stocke, offre, transporte ou envoie des objets contenant des symboles fascistes, communistes ou d'une autre idéologie totalitaire ».



Ce 19 juillet 2011, le Tribunal constitutionnel polonais a donné raison aux communistes polonais mais aussi à plusieurs députés qui avaient fait appel, considérant que la loi violait le principe de liberté d'expression, d'acquisition et de diffusion de l'information garantie par la Constitution.



La levée de l'interdiction des symboles communistes a été saluée par le Parti communiste polonais (KPP) qui a souligné son opposition résolue, dès le départ, à cette législation anti-démocratique.



Toutefois, pour le KPP, cette législation en Pologne s'insère dans une plus large offensive anti-communiste dans toute l'Europe de l'Est, ce qui l'incite à la vigilance : « Il s'agit juste d'un pas en avant dans la lutte contre l'anti-communisme. La campagne contre les discriminations visant les communistes doit continuer au niveau national et international, face aux représailles mises en œuvres dans plusieurs pays, particulièrement en Europe de l'Est. Le procès contre Algirdas Paleckis, en Lituanie, et la nouvelle loi qui criminalise la remise en cause des 'crimes communistes' en Slovaquie sont la preuve la plus récente de cette tendance de fond ».



Les communistes polonais, comme l'ensemble de nos camarades est-européens ont besoin de la solidarité internationale des communistes. Plusieurs partis communistes d'Europe, en particulier le PC grec (KKE) et le PC Portugais (PCP), ont affiché une solidarité sans failles avec les camarades polonais.



Le 8 juillet 2010, les députés européens Joao Ferreira (PCP) et Giorgios Toussas (KKE) avaient ainsi participé à une initiative de masse menée par le PC Polonais à Varsovie contre l'interdiction des symboles communistes.



Nous communistes français, nous sommes entièrement solidarisés dès le départ avec la cause de nos camarades polonais, victimes de l'anti-communisme d’État. Nous saluons cette victoire politique mais restons vigilants face à l'offensive croissante contre les partis communistes. La lutte continue contre l'anti-communisme européen !



Retour à l'accueil